" Nous voulons conserver le noyau et nous renforcer ponctuellement ", avait affirmé Frédéric Vanderbiest, le coach d'Ostende, au moment du retour du club côtier en D1. Mais après seulement quelques matches parmi l'élite, il s'avéra que les nouveaux venus, pour la plupart des transferts libres (Denis Dessaer, Frédéric Brillant, Jimmy Hempte, Tom Van Imschoot...) n'apportaient pas la plus-value espérée. Ostende était trop court, d'autant que Yohan Brouckaert (auteur de 11 buts et près de 20 assists en D2) ne retrouvait pas son niveau normal et que la défense ne se montrait pas suffisamment intransigeante. Après le 2-0 au Cercle, Vanderbiest s'est fâché et a exigé du renfort.
...

" Nous voulons conserver le noyau et nous renforcer ponctuellement ", avait affirmé Frédéric Vanderbiest, le coach d'Ostende, au moment du retour du club côtier en D1. Mais après seulement quelques matches parmi l'élite, il s'avéra que les nouveaux venus, pour la plupart des transferts libres (Denis Dessaer, Frédéric Brillant, Jimmy Hempte, Tom Van Imschoot...) n'apportaient pas la plus-value espérée. Ostende était trop court, d'autant que Yohan Brouckaert (auteur de 11 buts et près de 20 assists en D2) ne retrouvait pas son niveau normal et que la défense ne se montrait pas suffisamment intransigeante. Après le 2-0 au Cercle, Vanderbiest s'est fâché et a exigé du renfort. Il a d'abord obtenu le concours de l'attaquant zimbabwéen Nyasha Mushekwi puis, après l'arrivée du nouveau président et actionnaire majoritaire, Marc Coucke, il a pu compter sur les transferts de Franck Berrier, Jordan Lukaku, Fernando Canesin (tous loués à Zulte Waregem et Anderlecht) ainsi que de Jonathan Wilmet (Westerlo). Coucke a injecté 500.000 € dans le club, dont 350.000 à 400.000 pour financer les locations, les primes de transfert et le salaire de Berrier. Le Français doit résoudre les problèmes ostendais en matière de technique. Il y a deux ans, c'est grâce à lui que Zulte Waregem s'est maintenu mais on ne peut pas dire que ce transfert vers le club côtier remplisse Berrier de joie. Il n'avait tout simplement pas d'autre choix puisque, tant d'un point de vue sportif que financier, Francky Dury lui préférait Sven Kums. Une prime de signature de 100.000 € et un contrat multiplié par deux par rapport au Essevee devraient faire passer la pilule. Si Berrier est motivé, s'il atteint le rendement qui était le sien à la fin de l'année dernière et parvient à servir Laurent Depoitre (auteur de 14 buts en D2) ainsi que les rapides Mushewki et Sébastien Siani, Ostende se sauvera. Dans le cas contraire, c'est un oiseau pour le chat. Le salaire mirobolant du Français pourrait également faire des jaloux parmi ses équipiers. Cet été, déjà, Brouckaert n'avait pas rigolé lorsque Depoitre s'était vu offrir un meilleur contrat après l'échec de son transfert à Zulte Waregem tandis que lui avait dû se contenter de son sort. Et voilà maintenant qu'on lui colle un solide concurrent avec l'arrivée de Wilmet sur le flanc droit. Canesin et Lukaku, bien qu'ils viennent d'Anderlecht, devront également faire leurs preuves. Canesin est un bon joueur mais il n'est pas au point physiquement (d'autant qu'il relève d'une blessure au genou) et il ne se replie pas suffisamment en perte de balle. C'est la raison pour laquelle il ne s'est pas imposé au Sporting. Pour une équipe qui lutte pour le maintien, il peut être difficile d'aligner à la fois Canesin et Berrier. Car si le Brésilien ne court pas, le Français ne le fera pas non plus. Lukaku, aligné au poste d'arrière gauche, n'est pas un véritable défenseur. Vanderbiest pourrait l'aligner sur le flanc, avec Hempte dans son dos, ce qui n'empêchera pas le frère de Romelu de devoir défendre. S'il ne le fait, il s'exposera, tout comme Canesin, à la colère d'un Vanderbiest exigeant. Celui-ci ne pourra pas compter avant le Nouvel An au moins sur Peter Sladek, un attaquant slovaque qui promet beaucoup. Contrairement à ce que le club prétend, le transfert n'a pas capoté parce que le Spartak Myjava n'a libéré le joueur qu'après la clôture des transferts mais bien parce qu'Ostende a commis une erreur au moment de remplir le dossier et que celle-ci n'a pu être corrigée à temps. Les Côtiers pourraient s'en mordre les doigts s'ils ne marquent pas davantage.?PAR JONAS CRETEUR