En décembre de l'année dernière, ils l'avaient déjà sollicité, mais c'est finalement le Portugais Hélder qui avait eu sa chance. Bernd Storck n'a pas laissé passer le train une seconde fois. Mi-mai, l'entraîneur allemand (57 ans) indiquait qu'il s'était engagé jusqu'en 2022 avec l'équipe du DAC Dunajská Streda, t...

En décembre de l'année dernière, ils l'avaient déjà sollicité, mais c'est finalement le Portugais Hélder qui avait eu sa chance. Bernd Storck n'a pas laissé passer le train une seconde fois. Mi-mai, l'entraîneur allemand (57 ans) indiquait qu'il s'était engagé jusqu'en 2022 avec l'équipe du DAC Dunajská Streda, très populaire auprès de la minorité hongroise de Slovaquie. Storck, qui a été sélectionneur de la Hongrie, a choisi le troisième du défunt championnat slovaque plutôt que l'Antwerp ou Genk. Un choix dicté par deux raisons : il pouvait y travailler avec ses adjoints habituels, dont son fils Alexander, préparateur physique, et il voulait lutter pour le titre. DAC, grâce notamment à son propriétaire d'origine hongroise Oszkár Világi, et son beau-fils belge, Jan Van Daele, a bien l'intention de réduire l'écart qui le sépare du Slovan Bratislava. Multimillionnaire, Világi est directeur de Slovnaft, qui exploite des centaines de stations-service. Plusieurs joueurs libres ont ainsi été attirés, parmi lesquels Sidney Friede, 22 ans, loué à l'Excel Mouscron par le Hertha BSC entre janvier et juin 2019. L'approche est payante, car Storck impressionne en Fortuna Liga. Après six journées, il affiche un bilan de 18 sur 18, avec 21 buts inscrits et cinq encaissés. Le capitaine Zsolt Kalmár (cinq buts), l'attaquant vénézuélien Eric Ramírez (quatre buts), l'avant croate Marko Divkovic (trois buts) et son compatriote du milieu Andrija Balic (trois buts) sont en pleine bourre. Le Slovan Bratislava, auteur d'un douze sur quinze, peut commencer la poursuite.