Plusieurs personnes vous ont déjà qualifié d'attrape-voix...
...

Plusieurs personnes vous ont déjà qualifié d'attrape-voix...Si je prends des voix, tant mieux ! Quand j'étais Directeur technique pour l'Union Belge, je côtoyais régulièrement des hommes politiques dans le cadre des projets que nous voulions mener. Je m'engage sur un terrain différent mais j'ai toujours des buts ambitieux. Il y a des disciplines sportives qui se portent bien mais beaucoup de choses peuvent être améliorées : le sport au quotidien, le sport à l'école,... Le sport prend de plus en plus d'importance au niveau politique et j'ai envie d'apporter mon expérience. En France, d'anciens sportifs comme Bernard Laporte et David Douillet sont devenus ministres des Sports. C'est un poste que vous ambitionnez ?Je vais d'abord commencer par découvrir un milieu que je connais moins bien, même si le sport est un sujet que je maîtrise. J'aimerais être à l'écoute et donner de la visibilité à des disciplines (rugby, hockey,...) qui vivent dans l'ombre. J'ai rencontré des gens qui pratiquent le motocross dans ma région et qui sont obligés de se déplacer dans une autre province pour trouver une infrastructure. Ce genre de situation m'interpelle. Si vous assumez une fonction politique, vous renoncerez à vos activités de consultant ?Non. Où est le problème ? Je sais qu'il existe des règles concernant la visibilité médiatique des candidats en période d'élection et, pour moi, il n'y a aucun souci. Entre la RTBF et Belgacom, les tensions se sont aplanies et des consultants de Belgacom comme Nordin Jbari, Alex Teklak ou Khalilou Fadiga viennent régulièrement sur les plateaux de la RTBF. Pas vous. Pourquoi ? Quand le nouveau contrat des droits télé a été signé, j'ai pris la décision de suivre Marc Delire et de lui être fidèle. Marc est devenu un ami, un membre de la famille. Par après, je suis devenu Directeur technique de la Fédération. Bref, j'ai fait des choix et je ne les ai jamais regrettés. J'ai passé de bons moments avec Michel Lecomte et avec Stéphane Pauwels, que je côtoie d'ailleurs toujours sur le plateau de Belgacom. Lors de l'Euro 2012, vous étiez consultant pour Radio Contact. Vous serez actif durant le mondial ?Je n'ai rien de prévu pour l'instant. Je serai le premier supporter des Diables, en étant fier de ce que j'ai apporté à la Fédération. J'ai participé au choix de Marc Wilmots. J'avais aussi rencontré Michel Preud'homme et j'ai amené des personnes comme Johan Walem, Filip de Wilde ou encore Gert Verheyen. PAR SIMON BARZYCZAK" Lier la politique et mes activités de consultant n'est pas un problème. "