Lors des deux premières manches, il avait préféré demeurer chez lui. Pour la troisième manche, il a toutefois tenu à effectuer le déplacement à Ostende afin d'encourager les copains.
...

Lors des deux premières manches, il avait préféré demeurer chez lui. Pour la troisième manche, il a toutefois tenu à effectuer le déplacement à Ostende afin d'encourager les copains.Comment avez-vous vécu le match?Benoît Rasquin : Assez difficilement. C'est beaucoup plus dur de vivre un match de l'extérieur que de l'intérieur. Depuis la tribune, on voit tout. On a envie d'aider ses partenaires et on se sent impuissant. Qu'est-ce qui a fait la différence?Virginijus Praskevicius. Il a encore livré un match incroyable. Quel fantastique joueur! Avec l'aide de Mike Doyle, il a forcé la décision.L'issue du match aurait-elle été différente avec Benoît Rasquin sur le terrain?Je pense que j'aurais pu être utile à l'équipe. Tout comme Ivan Vujic et Edi Vulic, d'ailleurs. Quant à savoir si l'issue du match aurait été différente: personne ne le saura jamais. De toute façon, on ne pourra pas réécrire l'histoire.En voulez-vous à Charles Smith?Comment ne pas lui en vouloir? J'ai travaillé toute la saison pour arriver là, et à cause d'un geste stupide, il me prive de la cerise sur le gâteau: une participation aux playoffs.Quel sera maintenant votre programme?Je vais continuer à me soigner. La saison de Pepinster est terminée, il ne sert à rien de brusquer les événements. J'ai encore des maux de tête fréquents. J'ai été victime d'une commotion, et lorsque je pose le pied par terre, je sens que cela résonne dans ma tête. Je dois être prudent. Mon état s'améliore. A ma sortie de l'hôpital, voici dix jours, j'étais allé rendre visite à mes équipiers à l'entraînement, mais je n'avais pas pu rester. Le simple bruit du ballon qui rebondissait sur le parquet me faisait mal. Je me suis donc abstenu d'assister aux première et deuxième manches des quarts de finale. Avec les cris des supporters, c'eut été insupportable. Je devais rester dans le noir, ne pas allumer la télé. C'était encore pire qu'assister au match de la tribune à Ostende. Je ne tenais pas en place. Mercredi passé, j'ai repris le volant de ma voiture pour la première fois. Ma vision de l'oeil gauche s'est améliorée ces derniers jours, mais elle demeure floue. J'espère récupérer mon acuité visuelle de 10, mais il semble que je garderai néanmoins des séquelles. Il n'y a pas eu de décollement de la rétine, mais la pupille se dilatera moins vite et je risque d'être plus facilement ébloui.