1 Tu viens d'intégrer la Review thuenis notamment. Toi qui as pris plus de 80 cartons dans ta carrière, tu n'as pas l'impression de passer du côté obscur ?

Non, je ne trouve pas ça paradoxal. Il y a quelque chose que je dis souvent mais pour contrecarrer les virus, les sociétés informatiques engagent des anciens hackers. C'est la même logique. J'étais un joueur engagé, c'est vrai. Mais qui n'a jamais fait de fautes ? Tout le monde en fait. Je ne jouais pas gardien ou ailier gauche, j'étais milieu défensif. C'est normal de prendre des cartons à ce poste-là. Les anciens braconniers font les meilleurs gardes-chasse.
...

Non, je ne trouve pas ça paradoxal. Il y a quelque chose que je dis souvent mais pour contrecarrer les virus, les sociétés informatiques engagent des anciens hackers. C'est la même logique. J'étais un joueur engagé, c'est vrai. Mais qui n'a jamais fait de fautes ? Tout le monde en fait. Je ne jouais pas gardien ou ailier gauche, j'étais milieu défensif. C'est normal de prendre des cartons à ce poste-là. Les anciens braconniers font les meilleurs gardes-chasse. Je dirais plutôt que c'est l'oeil de l'ancien joueur, mon parcours et mon histoire. Ma qualité de consultant et d'analyste a dû jouer en ma faveur. J'ai aussi bien été fautif que victime sur le terrain. Les instances du football en général doivent être composées de gens qui y ont joué, quel que soit les étages, inférieurs comme supérieurs. Je me voyais mal refuser une telle offre. J'ai été contacté par l'intermédiaire de Pierre François, l'idée est séduisante. Je suis nommé pour un match par journée. Je le visionne et je soumets de potentielles fautes qui n'ont pas été sanctionnées par l'arbitre. On verra avec le temps si je peux apporter quelque chose et si la commission va s'améliorer. Je n'ai pas de problème avec ça. Je me suis déjà fait siffler par plus de 60.000 personnes. Ils peuvent être 60.000, 600.000 ou 6 millions à me critiquer derrière leur PC, leur compte Twitter, ça ne me pose aucun souci et ça ne m'atteindra pas. Sinon, personne ne bouge, personne ne fait rien. C'est peut-être utopique mais je veux que tous les joueurs soient jugés de la même façon, qu'ils jouent pour un club du top ou un mal-classé, et ce peu importe le nom du joueur. J'ai toujours eu horreur de l'injustice et des traitements de faveur. J'ai connu les deux situations, à Mons et au Standard, je sais ce que c'est. Il faut bien savoir que la Review Commission ne décide pas des sanctions. Elle ne les applique pas, elle ne fait que signaler et en proposer. Au contraire, je pense même que sur leurs phases de jeu, je serai d'autant plus attentif qu'avec un autre club. Je sais que dans la tête de certains - ils sont peut-être nombreux -, je suis étiqueté " Standard ". Mais je ne pense pas à ça. Maintenant, pour qu'il y ait une proposition, il faut que les huit membres de la commission soient unanimes. Donc aucun risque ! Si certains doutent de ma neutralité, dommage pour eux, je n'ai aucun temps à perdre là-dessus. J'ai déjà prouvé plusieurs fois que je ne suis pas tendre avec le Standard, loin de là. Il faut savoir faire la part des choses. Ce qui est intéressant pour moi, c'est que j'ai monté mon entreprise qui est axée sur le sport et le foot. En plus de ça, j'oeuvre toujours pour La Tribune (RTBF) et je fais du consulting, donc ça me permet d'avoir plusieurs cordes à mon arc. J'ai aussi tous mes diplômes d'entraîneur, il ne me manque que la pro licence. Les crampons sont déjà raccrochés mais cette nouvelle expérience me permet de rester dans le foot, le sport qui m'a bercé tout au long de ma vie et qui m'a apporté beaucoup de bonnes choses. PAR NICOLAS TAIANA" Les instances du football en général doivent être composées de gens qui y ont joué. " BENJAMIN NICAISE