Est-ce que ce premier match de préparation des Diables lance votre campagne médiatique pour la Coupe du Monde ?

C'est la première marche. L'entièreté de la campagne va se mettre peu à peu en place. C'est surtout sur le plan marketing que ce rendez-vous est important. Nous allons en profiter pour réaliser des tournages, interviewer des joueurs, mettre en place des séquences " promo ", etc. C'est l'une des dernières occasions pour rencontrer les Diables sur le sol belge d'ici juin et les trois matches amicaux qui suivront. Nous avons le nom de notre campagne, " L'épopée russe ", et on va le lancer pour qu'il rentre peu à peu dans la tête des gens. Sur le plan footballistique, je ne pense pas que Roberto Martinez va se lancer dans de grands tests. Yannick Ferrera sera notre invité car il a été analyste vidéo de Michel Preud'homme du temps où ils travaillaient dans ce pays. L'Arabie Saoudite sera tout de même un adversaire intéressant vu qu'elle disputera le premier match du Mondial face à la Russie.

L'épopée russe va peu à peu rentrer dans la tête des gens " Benjamin Deceuninck

Pour l'émission quotidienne au Mondial, vous miserez sur la continuité par rapport à ce que vous avez déjà proposé lors des derniers tournois ?

Comme d'habitude, je serai assisté par Mathieu Istace et Patrick Stein. Il n'y aura pas d'énormes surprises pour ce qui est de nos consultants. Thomas Chatelle intégrera l'équipe, ainsi qu'un petit nouveau : Swann Borsellino ( ancien journaliste de So Foot , ndlr). Il est déjà venu en plateau, notamment lors du match amical contre le Mexique. Il est jeune, a un profil audacieux et il devrait amener de la fraîcheur. Je présente les gros événements depuis 12 ans et il est logique de renouveler les visages.

On évoque aussi plus d'interactivité, notamment dans les liens entre télé et radio...

C'est l'optique 360 degrés défendue par la RTBF, avec des passerelles entre les différents médias. Les réseaux sociaux seront aussi importants. Mais il faudra trouver le bon équilibre : trop d'utilisation de ces sites contribue à rejeter ceux qui y sont moins présents.

Le décalage horaire par rapport à la Russie aura-t-il un impact ?

Pas énormément. Il y a quatre ans, les matches disputés à minuit n'étaient pas encadrés par une formule studio. Ici, ce sera le cas des rencontres prévues à 14 h. Nous démarrerons l'émission en plateau juste après. Les matches de la soirée s'achèveront vers 22 h, ce qui est une heure raisonnable pour la programmation.

Est-ce que ce premier match de préparation des Diables lance votre campagne médiatique pour la Coupe du Monde ? C'est la première marche. L'entièreté de la campagne va se mettre peu à peu en place. C'est surtout sur le plan marketing que ce rendez-vous est important. Nous allons en profiter pour réaliser des tournages, interviewer des joueurs, mettre en place des séquences " promo ", etc. C'est l'une des dernières occasions pour rencontrer les Diables sur le sol belge d'ici juin et les trois matches amicaux qui suivront. Nous avons le nom de notre campagne, " L'épopée russe ", et on va le lancer pour qu'il rentre peu à peu dans la tête des gens. Sur le plan footballistique, je ne pense pas que Roberto Martinez va se lancer dans de grands tests. Yannick Ferrera sera notre invité car il a été analyste vidéo de Michel Preud'homme du temps où ils travaillaient dans ce pays. L'Arabie Saoudite sera tout de même un adversaire intéressant vu qu'elle disputera le premier match du Mondial face à la Russie. Pour l'émission quotidienne au Mondial, vous miserez sur la continuité par rapport à ce que vous avez déjà proposé lors des derniers tournois ? Comme d'habitude, je serai assisté par Mathieu Istace et Patrick Stein. Il n'y aura pas d'énormes surprises pour ce qui est de nos consultants. Thomas Chatelle intégrera l'équipe, ainsi qu'un petit nouveau : Swann Borsellino ( ancien journaliste de So Foot , ndlr). Il est déjà venu en plateau, notamment lors du match amical contre le Mexique. Il est jeune, a un profil audacieux et il devrait amener de la fraîcheur. Je présente les gros événements depuis 12 ans et il est logique de renouveler les visages. On évoque aussi plus d'interactivité, notamment dans les liens entre télé et radio... C'est l'optique 360 degrés défendue par la RTBF, avec des passerelles entre les différents médias. Les réseaux sociaux seront aussi importants. Mais il faudra trouver le bon équilibre : trop d'utilisation de ces sites contribue à rejeter ceux qui y sont moins présents. Le décalage horaire par rapport à la Russie aura-t-il un impact ? Pas énormément. Il y a quatre ans, les matches disputés à minuit n'étaient pas encadrés par une formule studio. Ici, ce sera le cas des rencontres prévues à 14 h. Nous démarrerons l'émission en plateau juste après. Les matches de la soirée s'achèveront vers 22 h, ce qui est une heure raisonnable pour la programmation.