Vous avez toujours rêvé de commenter un grand événement. L'Euro dames va satisfaire votre ambition, qui plus est avec l'équipe nationale belge.

(il rit) C'est la seconde fois qu'on me le fait remarquer. En réalité, je n'y pense pas trop. J'ai tendance à vivre au jour le jour. La semaine dernière, j'ai travaillé sur la World League de hockey et, ensuite, le Tour de France. Je suis très heureux d'enchaîner avec cet Euro qui sera un bel événement.
...

(il rit) C'est la seconde fois qu'on me le fait remarquer. En réalité, je n'y pense pas trop. J'ai tendance à vivre au jour le jour. La semaine dernière, j'ai travaillé sur la World League de hockey et, ensuite, le Tour de France. Je suis très heureux d'enchaîner avec cet Euro qui sera un bel événement. Je pense que les gens seront curieux. L'équipe a le potentiel pour attirer l'attention. Après, tout dépendra des résultats. S'ils sont positifs, l'engouement peut très vite se propager. On l'a constaté lors du dernier Euro des Diables. Après leur élimination, l'euphorie a immédiatement disparu. En France, l'équipe nationale réalise de bons résultats et les audiences ont bien progressé ces dernières années. Maintenant, je suis incapable de prédire quels seront nos chiffres de diffusion. Pour ma part, je crois que l'équipe peut atteindre les quarts de finale. Le groupe est assez homogène et ne comprend pas d'adversaire insurmontable. Au-delà, avec un peu de réussite, les joueuses pourraient éviter un gros morceau en quart et, à ce moment, tous les scénarios sont permis. Pourquoi pas ? Participer à une Coupe du Monde serait la prochaine étape. Et, vu la progression du foot féminin en Belgique, nous avons toutes les raisons d'y croire. J'aimerais que ce soit la conséquence d'un travail de fond mais je ne sais pas. Je prends l'exemple du tennis. Grâce à Justine Henin et Kim Clijsters, les affiliations ont augmenté mais l'avenir a quand même été compliqué. Je ne jugerai pas le basket car je ne le suis pas suffisamment. Par contre, l'exemple du hockey féminin est pertinent. La non-qualification pour les Jeux et, dans le même temps, le succès des hommes, vice-champions olympiques, ont suscité une remise en question qui porte ses fruits. Je souhaite que toutes ces Fédérations, auxquelles on peut ajouter le volley, s'inscrivent dans la durée. Le rêve, ce serait que tu me rappelles en 2020 pour évoquer les ambitions de ces équipes aux Jeux de Tokyo. Ce serait la preuve qu'un travail de fond a payé ! PAR SIMON BARZYCZAK" Les Red Flames vont susciter la curiosité du public. " Benjamin Deceuninck