Le dispositif ressemble à celui du dernier Mondial. Quelles seront les nouveautés ?

Nos deux axes seront l'analyse et les magazines (Bleu, Blanc, Match et Bleu, Blanc, Mag). A 17 h 10, après la première rencontre, nous proposerons des sujets centrés sur le foot : portraits et interviews de joueurs et d'entraîneurs, documentaires A world of football (NDLR : basé sur le football social), etc. Le mag de 20 h 20, après le second match, sera plus axé sur le divertissement : sujets décalés, présence des chroniqueurs (duo Jérôme de Warzée/Kiki l'inn...

Nos deux axes seront l'analyse et les magazines (Bleu, Blanc, Match et Bleu, Blanc, Mag). A 17 h 10, après la première rencontre, nous proposerons des sujets centrés sur le foot : portraits et interviews de joueurs et d'entraîneurs, documentaires A world of football (NDLR : basé sur le football social), etc. Le mag de 20 h 20, après le second match, sera plus axé sur le divertissement : sujets décalés, présence des chroniqueurs (duo Jérôme de Warzée/Kiki l'innocent,...),... Nous aurons des archives, un direct depuis le camp des Diables, des interviews des joueurs et de Marc Wilmots, etc. L'application Match Talks sera l'une des nouveautés. Elle permettra de poser une question simple (déception, homme du match, etc.) au public. C'est plus simple que les réseaux sociaux et on touche plus de personnes. Sur Twitter, par exemple, ce sont toujours les mêmes qui répondent et les gens n'ont pas toujours envie de s'exprimer avec des mots. Avec Match Talks, un simple clic suffira. Autre innovation : la réalité augmentée. Avec ce système, nous découvrirons la composition des Diables en 3D, nous disposerons d'informations supplémentaires (carte d'identité des joueurs,...) etc. Cette interactivité nous manquait par rapport au Brésil. Le résultat était déjà très bon mais j'en voulais plus. Je vis dans le présent et je prends beaucoup de plaisir dans ce rôle. Vu la fatigue que cela engendre, j'ai besoin de plusieurs semaines pour récupérer mais c'est une bonne énergie. Je ne vais pas mentir en disant que je n'ai pas envie de changer d'air. Oui, commenter me rendrait heureux. J'espère un jour vivre un grand événement sur place. Mais je ne vais pas me plaindre : la RTBF a assez confiance en moi pour me donner la responsabilité d'une de ses plus grosses émissions, où les audiences de certains matches dépassent le million de téléspectateurs. Au sein de la rédaction, il n'y a pas beaucoup de profils similaires au mien, de personnes qui se sentent à l'aise et qui prennent autant de plaisir en direct. Quand un gars plus jeune, plus beau et plus malin que moi arrivera, je lui céderai ma place. (il rit) Je ne vais quand même pas pleurer parce que je reste en Belgique, durant l'EURO, hein ? PAR SIMON BARZYCZAK" Je ne vais pas pleurer parce que je reste en Belgique pendant l'EURO. " - BENJAMIN DECEUNINCK