TACTIQUE

La route vers les poules de la Ligue des Champions n'a pas été simple pour Benfica, obligé d'éliminer le Spartak Moscou puis le PSV Eindhoven. Mais Jorge Jesus, entraîneur emblématique du club (trois fois champion avec Benfica entre 2009 et 2015, revenu l'année dernière), sera une nouvelle f...

La route vers les poules de la Ligue des Champions n'a pas été simple pour Benfica, obligé d'éliminer le Spartak Moscou puis le PSV Eindhoven. Mais Jorge Jesus, entraîneur emblématique du club (trois fois champion avec Benfica entre 2009 et 2015, revenu l'année dernière), sera une nouvelle fois au rendez-vous. C'est avec un dispositif en 3-4-2-1 qu'il réalise un début de saison canon. Dans chaque match ou presque, son équipe marque deux buts et en encaisse un au maximum. Vertonghen joue à gauche de la défense à côté d'un autre joueur à l'expérience XXL, Otamendi. Yaremchuk se fait peu à peu une place en pointe, mais ne marque pas encore beaucoup. Cette saison, le danger vient plus de la deuxième ligne avec Rafa Silva. Dans l'axe de l'entrejeu, le ménage est fait par João Mário et Weigl. En plus de Vertonghen et Yaremchuk, il y a dans le noyau d'autres joueurs qu'on connaît bien chez nous. Meïté (ex-Zulte Waregem) a pas mal de temps de jeu, au contraire de Svilar, toujours cantonné dans l'ombre. L'ex-joueur de La Gantoise était un pilier de l'équipe de Hein Vanhaezebrouck et il a fait parler de lui lors de l'EURO, où il a inscrit deux buts et délivré un assist pour le compte de l'Ukraine. Transféré pour 17 millions d'euros, Roman Yaremchuk n'a pas tardé à se mettre en évidence à Benfica. Il a aidé les Aigles à se qualifier pour la phase de poules de la Ligue des Champions en délivrant trois assists en autant de rencontres de qualification.