Depuis ses débuts en 2003, Johan Roijakkers (30 ans) est un des meilleurs entraîneurs adjoints du championnat belge. Avec l'Américain Chris Finch, le Néerlandais a remporté un titre à Bree avant de mener Mons parmi l'élite du basket belge. La saison passée, sa longue collaboration avec Finch a connu une fin abrupte quand celui-ci a signé aux Rio Grande Valley Vipers, qui est en fait l'équipe de formation des Houston Rockets, pensionnaires de NB...

Depuis ses débuts en 2003, Johan Roijakkers (30 ans) est un des meilleurs entraîneurs adjoints du championnat belge. Avec l'Américain Chris Finch, le Néerlandais a remporté un titre à Bree avant de mener Mons parmi l'élite du basket belge. La saison passée, sa longue collaboration avec Finch a connu une fin abrupte quand celui-ci a signé aux Rio Grande Valley Vipers, qui est en fait l'équipe de formation des Houston Rockets, pensionnaires de NBA. Roijakkers a achevé la saison comme adjoint du coach israélien Arik Shivek, avec un succès mitigé. Il n'a pas poursuivi sa tâche à Mons cette saison et occupe son temps comme commentateur de Sporza et coordinateur des jeunes de Bree. " Notre relation n'était pas mauvaise mais il n'a pu me répondre quand je lui ai demandé s'il souhaitait continuer à travailler avec moi. Mon contrat n'a pas été prolongé, sans que je sache pourquoi. Au fond, tant mieux, sinon je n'aurais pas reçu ces belles propositions. " Le Néerlandais a deux options concrètes : retrouver Finch aux Vipers ou devenir adjoint à Mahran, le champion d'Iran, vainqueur du championnat asiatique. " J'y ai passé une semaine. Quelle aventure ! La circulation est très dangereuse. Sans chauffeur, impossible de s'en sortir. D'autre part, l'offre était très attractive, surtout financièrement. Ce club a un budget digne du top. Même Charleroi ne peut rivaliser avec Mahran. Le niveau est un peu moins bon mais avec un tel budget, on peut enrôler de grands joueurs américains. J'étais sous le charme et j'ai signé un contrat avec une clause d'annulation jusqu'au 10 novembre, au cas où je trouverais une meilleure option. Le championnat iranien ne débute de toute façon qu'en décembre. "Cette meilleure option est l'Amérique, où Chris Finch l'attend bras ouverts. Les Vipers ont été champions en D-League, l'antichambre de la NBA, " Je n'attends plus que ma carte verte. Je suis plus tenté par les USA ", confie Roijakkers. " Je peux y apprendre beaucoup et travailler à un autre niveau. Dès sa première saison, Finch y a accompli un travail incroyable, pulvérisant tous les records et étant élu Entraîneur de l'Année. La saison prochaine, il pourrait passer chez les Houston Rockets et j'obtiendrais plus de responsabilités chez les Vipers. Ce sont de belles perspectives. " Si la carte verte arrive avant le 10 novembre, il £uvrera à Rio Valley. Sinon, il partira à l'aventure en Iran. MATTHIAS STOCKMANS