COACH - Marc Wilmots

Il a introduit une autre méthode de pensée et de fonctionnement : quel que soit l'adversaire, il s'en est tenu à ses principes. Dick Advocaat avait son idée, il voulait qu'elle soit mise à exécution et il était capable de motiver les gens tout en laissant place à la discussion. Je continue à travailler selon sa devise - my way or the hard way - mais je suis plus souple, compte tenu du jeune âge de mon groupe. Le coeur de l'approche de Dick, c'est la clarté.
...

Il a introduit une autre méthode de pensée et de fonctionnement : quel que soit l'adversaire, il s'en est tenu à ses principes. Dick Advocaat avait son idée, il voulait qu'elle soit mise à exécution et il était capable de motiver les gens tout en laissant place à la discussion. Je continue à travailler selon sa devise - my way or the hard way - mais je suis plus souple, compte tenu du jeune âge de mon groupe. Le coeur de l'approche de Dick, c'est la clarté. Beaucoup de choses ont changé. Ainsi, chaque joueur a désormais sa chambre d'hôtel, ce qui n'était pas le cas avant Advocaat. C'est important car l'un veut aller dormir à dix heures tandis que son camarade de chambre regarde la télé jusqu'à une heure du matin. Je suis ouvert à tout, quand c'est fondé. Quand les joueurs ont demandé un coiffeur, ma première réaction a été non. Mais pourquoi pas ? C'est un service. De mon temps, on n'écoutait absolument pas les joueurs, c'était l'amateurisme le plus total. Les responsables d'alors ne savaient pas du tout ce que représente le sport de haut niveau. Pendant la campagne de qualification, le talent de notre banc a été un de nos atouts. Je vais veiller à ce que chacun se sente impliqué et comprenne que tous les joueurs peuvent faire la différence. Pour les joueurs, ce Mondial est un cadeau. Ensuite, nous entamons la campagne pour l'EURO : il n'y a pas de place pour les egos. Nous venons de loin et je ne vais pas accepter que quelqu'un sape le travail de plusieurs années. Nous sommes favoris pour le tour suivant mais pour y arriver, il faudra considérer chaque match comme une finale. Nous revenons au camp de base après chaque match et nous n'avons que trois ou quatre jours pour préparer le match suivant. Les joueurs ne doivent pas se préoccuper de leur famille quand ils ont la chance de pouvoir se qualifier pour le tour suivant. J'ai vécu ça aux Etats-Unis. Un drame. En France ? C'était encore pire. Nous allons au Mondial pour travailler. Emmenez-vous votre femme au boulot ? Une Coupe du Monde, c'est jouer au football et se reposer. Bon à savoirFrance Football, dans son édition sur les salaires des stars, lui a trouvé des sponsors qu'il n'a pas ! Malgré la contre-publicité (le magazine affirmait même qu'il avait sa marque de vodka), il n'a pas intenté de procès. Il a refusé une publicité pour des burgers pour ne pas rentrer dans une caricature qu'il ne maîtriserait pas. Son cousin, Antoine, joue au jeu de balle à Idegem, en 2e division. Il devra payer un restaurant à Thorgan qui finit la saison avec des meilleures statistiques que lui. Son salaire s'élève à 240.000 euros par semaine. Ce salaire est progressif, à savoir qu'il gagne plus d'année en année. Il compte 2,2 millions d'abonnés sur Twitter (soit un gain de 600.000 abonnés en trois mois), soit le joueur belge qui compte le plus d'abonnés sur le réseau social. Son champagne préféré est "la Veuve Cliquot". Il est en train de rénover un appartement, à Braine, près du terrain de football où tout a commencé pour lui. Il est un des plus précoces à avoir eu sa chanson à Stamford Bridge puisque en juillet 2012, un mois après son arrivée, " Oh, Oh Hazard ", sur l'air de Que sera sera était fredonné dans les tribunes de Chelsea. Il s'est déguisé en Hulk pour la fancy dress de Chelsea, une coutume dans les clubs anglais." La Coupe du Monde est un cadeau pour ces joueurs. "