Andy De Smet

scout de Roberto Martinez
...

scout de Roberto Martinez Premièrement : la force mentale. " Le Japon s'est montré très fort sur le plan tactique et courageux dans son approche, en obligeant la défense belge à rester derrière grâce à ses quatre joueurs offensifs, et en prenant également De Bruyne en marquage individuel. Grâce à leur discipline, les Japonais sont parvenus à neutraliser la construction depuis l'arrière des Belges et donc à faire déjouer le jeu de passes de Martinez. C'était difficile de joindre un partenaire situé un cran plus haut. En outre, les Japonais étaient aussi très efficaces en zone de conclusion. Lorsque la Belgique a été menée 0-2, on voyait que les joueurs cherchaient leurs repères, mais sans pour autant se mettre à douter ou à paniquer. Il y avait encore une certaine forme de contrôle, un facteur très important pour pouvoir rectifier la situation. Sur le plan purement mental, ce revirement les a boostés pour la suite du tournoi. A aucun moment, ils n'ont donné l'impression de douter. Je n'ai vu aucun Belge malheureux ou frustré. Ce qui se dégageait de leur attitude, c'était la conviction qu'ils pouvaient réussir leur mission et renverser la situation en leur faveur. " Deuxièmement : les changements gagnants. " Les deux changements apportés par Martinez, un quart d'heure après le 0-2, ont conféré plus de puissance et d'oxygène à une confiance toujours intacte, ce qui a permis d'encore mettre les Japonais en difficulté. Le fait que les deux remplaçants aient marqué, apporte encore plus de poids à ces changements. Ajoutez-y le fait que le but victorieux découlait d'une reconversion de classe mondiale : peu d'équipes sont capables de remonter tout le terrain en moins de dix secondes, et de se retrouver avec quatre ou cinq hommes dans le rectangle adverse. " Troisièmement : la foi en la tactique " A 0-2, Martinez n'est pas passé en 4-3-3, mais a décidé de rester à trois derrière et d'apporter encore plus de puissance afin d'exercer une pression vers l'avant. Cette foi en la tactique s'est aussi révélée un facteur important pour arriver au résultat que l'on connaît. Je suis stupéfait par la manière dont Martinez parvient à convaincre des individualités de classe mondiale de respecter ses consignes tactiques. Même à 0-2, la confiance des joueurs et du staff est demeurée intacte. "