Un site web est comme un magasin : un relooking de vitrine n'amène pas forcément un choix de marchandises élargi. En partant surfer sur le nouveau site de l'URBSFA, ce Belgian football annoncé sensas en comparaison du défunt Footbel, j'étais donc méfiant quant à fond et forme. Car comme peut le ronchonner ma femme prof de français, " Ils (les élèves) croient pondre un bon travail en le fignolant sur traitement de texte avec moult couleurs et polices de caractère. Mais quand je lis, c'est creux, sans caractère, et c'est moi qui dois faire la police !"
...

Un site web est comme un magasin : un relooking de vitrine n'amène pas forcément un choix de marchandises élargi. En partant surfer sur le nouveau site de l'URBSFA, ce Belgian football annoncé sensas en comparaison du défunt Footbel, j'étais donc méfiant quant à fond et forme. Car comme peut le ronchonner ma femme prof de français, " Ils (les élèves) croient pondre un bon travail en le fignolant sur traitement de texte avec moult couleurs et polices de caractère. Mais quand je lis, c'est creux, sans caractère, et c'est moi qui dois faire la police !" Je suis moins sévère. Déjà, Footbel n'était pas vide. Belgian football est rempli tout autant... et mieux rangé une fois pigé le nouveau rangement ! Le souci de mieux servir les membres actifs est perceptible : qu'on soit joueur, comitard de quelconque instance, arbitre ou secrétaire, tout y est renseigné pour bien faire son job : des cartons jaunes aux remises en passant par les désignations, et par une flopée de règlements téléchargeables (Lois du Jeu, licences, transferts...). La version francophone possède même un onglet sur la récente ACFF (Association des clubs francophones ASBL), de même que la version néerlandophone en possède un sur sa VFV équivalente : encore qu'il soit bizarre de ne pas disposer des deux onglets dans les deux langues, comme s'il était désormais inutile de savoir comment fonctionne l'alter ego par-delà la frontière linguistique. Bizarre aussi l'absence d'info sur la Pro League, autre ASBL satellite en même temps que dissidente.. A signaler pour rire l'onglet Respect United, où onze personnalités signent une charte en onze points, s'engageant à ce que le foot belge soit un modèle de respect de chacun : un des signataires est toujours Georges Leekens, faudrait peut-être effectuer le remplacement... Mais là, je chicane. En résumé, le site est remarquable d'utilité pour l'usager sérieux. Dommage que son volet intitulé Fun laisse encore sur sa faim le simple footeux désireux de gambader dans l'Histoire, alors qu'on annonçait Belgian football fourmillant de statistiques ! Certes, figurent désormais tous les classements de nos quatre échelons nationaux depuis 1895 : en revanche, je n'ai plus trouvé les statistiques par année qu'ébauchait Footbel quant au nombre de clubs, d'équipes, de pratiquants : j'espérais les voir affinées par provinces, catégories d'âge, divisions, attestant ainsi des progressions ou régressions au sein de notre petite fédé. Se sont-elles volatilisées, ou me suis-je égaré dans le labyrinthe du site ? Finalement, c'est en tripotant les stats consacrées aux Diables que j'ai trouvé mon plaisir. J'ignorais que les meilleurs buteurs du groupe actuel étaient Daniel Van Buyten (10) et Timmy Simons (6) : angoisse, nulle nouvelle star n'a encore planté plus de cinq buts, pas même Moussa Dembélé, joueur offensif et le plus capé (39) derrière les deux vieux ! Capé ou sélectionné ? Quand j'étais petit et ensuite, c'était kif. Mais depuis peu, on distingue. " A cap" ( une casquette, souvenir d'un foot british préhistorique où différencier les équipes se bornait à porter des casquettes de couleur différente) s'obtient toujours lors d'une prestation, au moins partielle, en équipe nationale. Mais le réserviste resté sur le banc peut désormais se targuer d'une sélection à comptabiliser. Apparaissent donc dans Belgian football deux longues listes avec le même number one : Jan Ceulemans, 96 caps mais 99 sélections ! Jouette, j'ai cherché le gros chançard de ce récent distinguo : quel Diable de l'Histoire a le plus souvent fait banquette durant 90 minutes ? Je crois avoir trouvé... sans en mettre mon pied à couper vu qu'il y avait plus de 700 Diables à repérer dans chaque liste ! J'ai d'abord cru en René Verheyen, 49 sélections et seulement 24 caps. Mais finalement, the winner est sans doute Jacky Munaron qui a presté 8 fois pour les Diables mais peut désormais s'enorgueillir, souvent dans l'ombre de Zean-Marie l'inénarrable, de 44 sélections ! Aujourd'hui, Olivier Renard en est déjà à 11 sélections mais espère toujours sa première cap... en lui souhaitant ce jour-là de ne pas prendre de casquette ! Et pour rester dans les couvre-chefs, de Jacky à Olivier en passant par tous les deuxièmes gardiens, coup de chapeau à la patience et l'esprit de groupe de ces keepers de l'ombre... Van Buyten (10 goals) est le meilleur buteur des Diables !