Derniers dinosaures en l'espèce, j'admire et j'envie les derniers télé-footeux sains. Ceux qui, bêtement télédistribués depuis des décennies, toujours analogiques sans décodeur aucun, quelque 180 euros annuels pour avoir " seulement " accès : sur RTBF, aux résumés de la Jupiler League chaque week-end, aux analyses de La Tribune chaque lundi et à une dizaine de matches de Coupe de Belgique ; sur RTL-TVI, à 34 soirées de Champions League (direct et résumés) ainsi qu'aux matches des Diables à domicile ; sur AB3, à 15 matches d'Europa League ; et toujours sur RTBF, durant les années paires, aux rencontres de phase finale de l'Euro ou du Mondial.
...

Derniers dinosaures en l'espèce, j'admire et j'envie les derniers télé-footeux sains. Ceux qui, bêtement télédistribués depuis des décennies, toujours analogiques sans décodeur aucun, quelque 180 euros annuels pour avoir " seulement " accès : sur RTBF, aux résumés de la Jupiler League chaque week-end, aux analyses de La Tribune chaque lundi et à une dizaine de matches de Coupe de Belgique ; sur RTL-TVI, à 34 soirées de Champions League (direct et résumés) ainsi qu'aux matches des Diables à domicile ; sur AB3, à 15 matches d'Europa League ; et toujours sur RTBF, durant les années paires, aux rencontres de phase finale de l'Euro ou du Mondial. Sans compter ce qui se picore de ci de là via les chaînes étrangères. Ce " peu " n'est pas rien et n'est pas cher payé ! Surtout, il laisse encore du temps pour aller au stade voir du foot en vrai, qu'il s'agisse de D1 ou de foot de proximité. Ça en laisse même pour se remuer éventuellement le derrière en courant soi-même après un ballon : un esprit foot dans un corps foot n'a jamais fait de tort à personne... Las, vous comme moi, difficile de rester footeux sains quand prolifèrent les décodeurs numériques, la HD, les écrans plats grands comme des draps de lit, les bouquets thématiques, les matches payables à la pièce, les satellites, les matches sur internet, la 3D, demain le foot holographique : vous verrez qu'un jour, quand le ballon sera botté en touche face/caméra, il roulera jusqu'à notre fauteuil et nous pourrons même le rendre, comme de bons petits ramasseurs de balles ! On n'arrête pas le progrès, qu'ils disent. La vérité est qu'en télé, l'offre/foot affole le footeux. Au point qu'aujourd'hui le supporter de club, jusqu'ici belgacomisé, hurle au scandale parce qu'il lui faudra cette saison deux décodeurs pour suivre tous les matches de son favori ! Faut pas déconner, ni vivre naïf sur un nuage rose, la boulimie a un prix qui n'est pas nos beaux yeux. Et si les opérateurs-télé luttent pour rafler du foot, ce n'est quand même pas le supporter qui va leur reprocher d'être accro à la compétition ! Aurea mediocritas, disaient Horace hier et Jonathan Legear aujourd'hui. De manière intemporelle, cela signifie que trouver un juste milieu est chose précieuse comme l'or. Pour nous en 2011-2012, cela signifiera que le bonheur n'est pas lié à l'acquisition de deux décodeurs. C'est comique : il semble bien que les footeux belges soient voués aux comptes d'apothicaire permanents ! On croyait qu'ils pourraient souffler une fois finie la saison, après moult calculs et supputations quant aux playoffs triples, classements alambiqués, divisions de points, recalculs selon que Charleroi sanctionné comme ci ou Lierse comme ça... Eh bien, même à l'intersaison, il leur faut calculettes et sous-pesages : cette fois pour choisir tel opérateur et telle formule d'abonnement pour le meilleur rapport qualité/prix, perdus qu'ils sont entre les gratuités quelque peu mensongères de l'un, les tarifs de l'autre qui vont peut-être changer dès septembre, le pack-duo-à-la-folie de l'un et le pack-trio-intense de l'autre, la WiFi sur GSM qui s'en mêle, BeTV qui n'est pas en reste, il y a de quoi devenir cinglés, Horace et Jonathan en perdraient leur latin ! Autre parallèle via les transferts. Les bruits battent leur plein à l'intersaison, mais les joueurs font des petits ! Voilà maintenant qu'avec la valse des droits-télé, bruissent aussi en ce moment les transferts de commentateurs et consultants, ces stars qui sont des stars parce qu'elles nous parlent de nos stars : Marc Delire reste à Belgacom FC (qu'a déserté Bertrand Crasson) et renonce au come-back dans son club formateur ! Que va devenir Alex Charlier, où va signer Philippe Hereng ? Benoît Thans pourra-t-il encore évoluer au FC La Tribune maintenant que Voo refile des résumés à ce club ? Stéphane Pauwels a-t-il trahi en passant à l'ennemi comme Arie Haan jadis ? Olivier Doll et Philippe Albert constitueront-ils une charnière centrale fiable pour le FC Voo ? Et j'en passe. Sans oublier que la transférite gagne aussi les présidents de clubs, lesquels se transfèrent tout seuls comme des grands, vous savez comme moi que Roland Duchâtelet vient de s'offrir un château. Mais c'est une autre histoire. Je vous laisse, je viens enfin d'acheter un écran plat, faut que je le programme. WEB Vos réactions sur http://www.sportfootmagazine.bePAR BERNARD JEUNEJEANUn jour, quand le ballon sera botté en touche, il roulera jusqu'à notre fauteuil et nous pourrons même le rendre !