" J'ai la course dans le sang ", confie Tirfi Tsegaye (31 ans), née à Bekoji, sur les hauts-plateaux d'Éthiopie centrale. Elle a déjà enlevé les marathons de Berlin, Paris, Tokyo et, cette année, celui de Dubaï. En août, elle prend le départ du marathon de Rio, comme sa compatriote Tigist Tufa, également issue de Bekoji. Les deux femmes sont dotées de jambes interminables et de mollets minces, comme tant d'autres filles et garçons de leur village ...

" J'ai la course dans le sang ", confie Tirfi Tsegaye (31 ans), née à Bekoji, sur les hauts-plateaux d'Éthiopie centrale. Elle a déjà enlevé les marathons de Berlin, Paris, Tokyo et, cette année, celui de Dubaï. En août, elle prend le départ du marathon de Rio, comme sa compatriote Tigist Tufa, également issue de Bekoji. Les deux femmes sont dotées de jambes interminables et de mollets minces, comme tant d'autres filles et garçons de leur village natal. Ce n'est pas le seul secret de leur succès. Leur entraîneur, Sentayehu Eshetu, a l'art de repérer les futurs grands athlètes dans la masse. Un de ses premiers poulains, Derartu Tulu, est devenue en 1992 la première Africaine à remporter une médaille olympique, imitée ensuite par six autres athlètes de Bekoji. Pendant les Jeux 2008, Bekoji a même raflé les quatre médailles des longues distances. Tout cela grâce à l'approche magique de l'entraîneur ? " Oh, ce n'est pas de la magie ", sourit-il. " Je retire simplement le maximum de la nature. " Bekoji occupe une situation unique à 2.800 mètres, dans la vallée du Rift. Le paysage rude et varié constitue un terrain d'entraînement idéal. L'oxygène est raréfié par l'altitude mais l'air est pur, ce qui permet de produire plus de globules rouges. Eshetu : " Si vous pouvez courir ici, vous pouvez courir partout. " La nature donne un autre coup de main : l'orge. On a quelque peu oublié ce grain en Belgique. Il est utilisé dans la bière mais à Bekoji, il fait partie de l'alimentation quotidienne, comme en témoignent les nombreux champs semés autour du village. " L'orge contient des minéraux et des fibres excellents pour la digestion ainsi que des acides aminés importants et des vitamines. Ce qu'on consomme avec de l'orge est mieux assimilé par l'organisme ", explique le coach. Ses athlètes en profitent : l'orge est mis à toutes les sauces, des shakes aux crêpes, en passant par le porridge et les plats accompagnés d'orge au lieu de nos pommes de terre. Vous voulez en goûter ? En collaboration avec le projet Brewed by Nature, AB InBev et le chef Alex Joseph, du restaurant Rouge Tomate, ouvrent cet automne un restaurant à Bruxelles, qui s'inspire de la cuisine éthiopienne. Pour plus d'infos : www.brewedbynature.be.PAR TINE HEMERYCK