L'ours mord à nouveau

Il a en-fin réussi ! Après deux finales perdues, contre le Cercle Bruges et Malines, la troisième fois a été la bonne pour le Beerschot, dans la finale très discutée de D1B contre OHL. Le club anversois signe un parcours incroyable depuis la faillite du Germinal Beerschot et son renvoi en première provinciale en 2013. Il a été promu quatre fois d'affilée et a disputé trois fois de suite les barrages pour la montée en D1A. Ce n'est pas rien. Hernán Losada, qui à 38 ans est le plus jeune entraîneur, effectue ses débuts parmi l'élite dans un flow extrêmement positif.
...

Il a en-fin réussi ! Après deux finales perdues, contre le Cercle Bruges et Malines, la troisième fois a été la bonne pour le Beerschot, dans la finale très discutée de D1B contre OHL. Le club anversois signe un parcours incroyable depuis la faillite du Germinal Beerschot et son renvoi en première provinciale en 2013. Il a été promu quatre fois d'affilée et a disputé trois fois de suite les barrages pour la montée en D1A. Ce n'est pas rien. Hernán Losada, qui à 38 ans est le plus jeune entraîneur, effectue ses débuts parmi l'élite dans un flow extrêmement positif. Ces dernières années, le Beerschot, qui aime cultiver son caractère rebelle, a toutefois misé sur la continuité. Sa direction, élargie, et son équipe expérimentée ont fait tomber toutes les pièces du puzzle à la bonne place. Comme à Sheffield United, l'autre équipe du prince saoudien Abdullah Bin Musa'ad, le conseiller sportif Jan Van Winckel opte pour des joueurs dont le profil convient à la vision du club : des footballeurs qui mouillent leur maillot, ont l'esprit d'équipe et sont polyvalents. L'organisation est cruciale depuis l'embauche de Losada en octobre dernier. Le Beerschot procède en un 3-5-2 qui peut se muer en 5-3-2 en fonction des joueurs alignés et de l'adversaire. Le centre est toujours bien couvert. Le Beerschot est devenu une forteresse imprenable. Depuis le 26 octobre, il n'a plus concédé plus de deux buts et même pendant la préparation, contre des adversaires solides de première division, il a fait preuve d'une intransigeance impressionnante. Frédéric Frans, qui était le chaînon manquant jusqu'en hiver, est le patron de la défense. Le club vient d'adjoindre à ce compartiment deux Belges solides, Dario Van den Buijs et Jan Van den Bergh. Losada dispose encore de nombreuses autres possibilités : Pierre Bourdin, Joren Dom, Grégory Grisez, Baptiste Aloé et Denis Prychynenko. Par contre, le Beerschot manque de puissance offensive. Marius Noubissi et Tarik Tissoudali forment le duo d'attaque, mais malgré toute leur bonne volonté, ils ne sont pas de véritables buteurs. Leurs remplaçants éventuels, Prince Ibora et Fessou Placca, ne brillent pas davantage par leur efficacité. Pour l'heure, l'équipe doit surtout compter sur Raphael Holzhauser. Le gigantesque distributeur, élégant, allie vista et brillante technique de frappe. Il a été le meilleur réalisateur de l'équipe avec sept goals la saison écoulée. La préparation a montré que le Beerschot avait un besoin urgent d'un avant doté du sens du but s'il voulait se distinguer en D1A. Toutefois, Losada peut également opter pour une variante plus offensive de son 3-5-2, par exemple en postant Ayrton Mboko et Yan Vorogovskiy sur les flancs et Alexander Maes, Jorn Vancamp ou Loris Brogno dans l'entrejeu. Si d'autres joueurs rejoignent le Beerschot, il est clair que beaucoup d'équipes de l'élite se casseront les dents sur cette équipe homogène, physique et flamboyante.