"C'est un transfert avec un an de retard ", commente Chris Janssens (37 ans), qui a quitté Westerlo, au bout de trois ans, pour le SV Zulte Waregem. " Une option de mon contrat m'avait joué des tours. Je suis heureux de jouer plus près de chez moi. Indépendamment de la distance, il y a aussi le fait que je vais devenir père pour la deuxième fois. Et puis, je suis impatient de travailler avec le coach Francky Dury, surtout après les conversations téléphoniques que nous avons eues il y a plus d'un an. Il m'a impressionné. J'ai senti sa passion du football. J'ai compris qu'il savait parfaitement de quoi il parlait. Je n'ai donc pas hésité longtemps, sachant qu'il pouvait m'apprendre beaucoup, y compris en termes d'avenir si je veux devenir entraîneur. Cela constitue en tout cas un objectif pour moi ".
...

"C'est un transfert avec un an de retard ", commente Chris Janssens (37 ans), qui a quitté Westerlo, au bout de trois ans, pour le SV Zulte Waregem. " Une option de mon contrat m'avait joué des tours. Je suis heureux de jouer plus près de chez moi. Indépendamment de la distance, il y a aussi le fait que je vais devenir père pour la deuxième fois. Et puis, je suis impatient de travailler avec le coach Francky Dury, surtout après les conversations téléphoniques que nous avons eues il y a plus d'un an. Il m'a impressionné. J'ai senti sa passion du football. J'ai compris qu'il savait parfaitement de quoi il parlait. Je n'ai donc pas hésité longtemps, sachant qu'il pouvait m'apprendre beaucoup, y compris en termes d'avenir si je veux devenir entraîneur. Cela constitue en tout cas un objectif pour moi ". Janssens est satisfait de son passage à Westerlo. " Cela reste un beau souvenir mais trois ans suffisaient ", affirme l'athlétique médian. " J'ai toujours livré le meilleur de moi-même en Campine et j'ai marqué 26 buts, Coupe comprise. J'ai aussi dirigé la man£uvre sur le terrain et apporté ma pierre à l'organisation. Tout le monde était content. C'était le moment idéal pour partir, surtout après notre moins bon second tour la saison passée, lié au départ du Brésilien Jackson Coelho qui nous a beaucoup apporté devant au premier tour. Compte tenu des moyens financiers dont dispose Westerlo, le fait qu'il termine chaque année entre la cinquième et la dixième place relève du miracle. J'ai eu ma part dans ce succès, certes, mais c'est sans doute au fait que lors du choix d'un club, je me laisse toujours guider par mon intuition. Elle ne m'a jamais laissé en plan ! Mon transfert à Zulte Waregem est un fameux défi après Lokeren, Willem II et Westerlo. Tout le monde pense que j'entame ma dernière saison sous prétexte que j'ai nettement passé le cap des 35 ans. Ce n'est pas vrai. Je ne suis pas venu pour glander. Le football est ma passion. Je me sens très bien physiquement et moralement, je suis très affûté. Je peux encore jouer quelques années si je ne suis pas victime de graves blessures. Qui sait, je vais peut-être battre le record de Vital Borkelmans, qui a quand même joué jusqu'à 40 ans. Ce doit être possible dans mon état actuel. Mon corps n'est absolument pas usé ". Grâce à son abattage, Janssens était le moteur de Westerlo, l'homme qui, grâce à son caractère et à son tir puissant sur les coups francs, l'a aidé à traverser les moments difficiles. Il a toujours assumé ses responsabilités : " Et il n'en ira pas différemment. J'aime la pression. Elle ne me pose pas le moindre problème, je suis d'un naturel exigeant, avant tout à mon égard, mais aussi vis-à-vis de mes coéquipiers. Quand quelque chose ne me plaît pas sur le terrain, je le dis. Je suis capable d'élever le ton, oui. Je suis un battant. Dury veut que je sois le premier à presser, que j'entraîne l'équipe à un niveau supérieur grâce à mon travail et mon caractère. Si je ne remets pas le ballon de la tête, je dois le garder pour permettre aux autres de m'épauler. Notre objectif est de jouer plus vite. En principe, Tony Sergeant et Cédric Roussel doivent profiter de mon jeu de position. Je constate déjà que Stijn Meert a parfaitement compris quand il devait partir pour exploiter mes centres. Je dois aussi diriger les autres sur le terrain, notamment en introduisant des temporisations dans le jeu et en misant sur la possession du ballon au lieu de presser constamment ". Janssens devrait constituer une plus-value pour Zulte Waregem, qui entame la saison de confirmation après la Coupe et sa sixième place lors de l'exercice précédent : " Nous ne devons pas avoir peur, quand je vois le potentiel footballistique de notre équipe. Ludwin Van Nieuwenhuyze est le type même du footballeur sous-estimé en Belgique. C'est pourtant le meilleur médian défensif avec lequel j'ai jamais joué. Il a quatre poumons, une bonne technique et est dominant dans le jeu, très présent. Il récupère beaucoup de ballons et pose parfaitement le jeu. Nous avons un noyau de 18 bons joueurs de D1 au moins, des hommes qui sont tactiquement souples. Nous pouvons aisément passer du 4-5-1 au 3-5-2 ou au 4-4-2. Presque toutes les positions sont doublées et nous pouvons nous appuyer sur des automatismes et des trajectoires de course bien établies. Notre entraîneur suit une vision déterminée et est capable de motiver ses joueurs comme nul autre. Dury vaut Georges Leekens, avec lequel j'ai vécu trois années fantastiques à Lokeren ". Janssens n'a donc guère eu de problèmes d'adaptation : " Tout s'est déroulé sans souci. Ici, on ne vous laisse pas dans votre coin. Je suis passé du meilleur vestiaire de Belgique au tout meilleur... La camaraderie qui règne à Zulte entre des joueurs qui sont pratiquement tous néerlandophones ou qui évoluent depuis plusieurs années en Belgique est unique. Le capitaine Stefan Leleu entraîne un groupe vraiment soudé. Nous sommes très concentrés à l'entraînement et pendant les matches mais nous faisons les fous ensuite... Je m'amusais bien à Westerlo aussi. J'y ai vécu des fêtes mémorables avec Bernt Evens, Nico Van Kerckhoven, Ronny Gaspercic et Jef Delen. Je remarque toutefois que la discipline est plus sévère ici. L'entraîneur sait que le groupe a parfois besoin de décompresser. Il ne serre pas trop les rênes car il sait rectifier le tir à sa manière. En établissant des conventions claires et correctes pour tous... " Son admiration pour le professionnalisme et les connaissances de Dury n'ont fait que croître. " Nous sommes tous deux fanatiques et le courant passe donc merveilleusement. Dury est l'homme des détails. Il n'hésite pas à demander l'avis de ses joueurs ", explique Janssens. " Ses séances sont très variées, elles sont mises en scène en fonction d'un but bien déterminé. Les adversaires sont décortiqués, avec l'aide de Rik Vande Velde. Seules les trajectoires de course m'ont posé problème, au début, mais à force de les répéter, je les ai maîtrisées. Je dois encore améliorer mes infiltrations et ma position devant le but. Je parviens aussi à mieux choisir mes moments, notamment grâce à la présence de Sergeant. Vous voyez, je suis perfectionniste, mais surtout réaliste. Chaque minute et chaque match joués sont autant de pris. Je veux les savourer de mon mieux ". Comme Zulte Waregem et son entraîneur, Janssens place sciemment la barre plus haut, pour lui comme pour l'équipe : " Le club est dévoré d'ambition, il veut vraiment aller de l'avant et ne paniquera sûrement pas s'il traverse une période moins faste. Il s'agit avant tout d'égaler la saison écoulée, ce qui signifie terminer entre la sixième et la dixième place et distraire le public en développant un jeu de circulation rapide. Zulte Waregem est une équipe qui ne renie pas son identité et impose son style de jeu à son adversaire. L'entraîneur préfère perdre en produisant un beau football que de devoir jouer défensivement et miser sur le contre. Cédric Roussel, qui marque facilement depuis le rectangle et est avide de revanche après son échec au Standard, doit reprendre sans problème le rôle de Salou Ibrahim à l'avant-centre. Il doit parvenir à marquer au moins dix à douze buts. C'est un travailleur, il est positif et il sait très bien qu'il doit faire ses preuves cette saison. Sa mission ? Faire la guerre dans le rectangle et marquer ". Le championnat est prioritaire, même si Janssens, à l'image de Dury, rêve en son for intérieur de se qualifier pour les poules de la Coupe UEFA : " Evidemment, j'ai envie de jouer en Coupe d'Europe ! Ce serait fantastique. Tout dépend du tirage. Soit nous affrontons d'emblée un gros gabarit européen style Schalke 04 soit nous rencontrons une équipe du gabarit de l'AZ ou du FC Groningue. Même contre Feyenoord, par exemple, nous ne sommes pas dépourvus de chances car le fossé qui nous sépare des Pays-Bas s'est réduit. Quel que soit l'adversaire, avec une solide organisation et beaucoup de foi en nos propres moyens, nous avons des chances de réaliser un exploit ". FRÉDÉRIC VANHEULE