Année de fondation : 1900
...

Année de fondation : 1900 Président : Uli Hoeness Stade : Allianz-Arena (71.000 places) Site : www.fcbayern.de Transfert le plus cher : Javi Martínez (40 millions d'euros, Athletic Bilbao, 2012) Palmarès : 22 titres, 15 Coupes, 4 C1, 1 C2, 1 C3 Saison passée en CL : Finaliste Qualification : automatique A suivre : Franck Ribéry La saison dernière, en demi-finale de la Ligue des Champions, le virtuose français a montré qu'il avait parfois les nerfs à fleur de peau. Dans le vestiaire, il en est venu aux mains avec son équipier Arjen Robben, un autre artiste à qui on reproche parfois un comportement trop individualiste. Ribéry avait toutefois promis d'enterrer la hache de guerre, sachant pertinemment bien qu'avec un duo " Robbery " uni, le Bayern avait tout à gagner. " L'agressivité est souvent le petit détail qui fait la différence sur le terrain ", déclarait-il voici peu dans la presse allemande. Le médian défensif espagnol Javi Martinez doit assurer la relance en compagnie d'un Bastian Schweinsteiger souvent blessé tandis qu'on attend des trois médians offensifs qu'ils viennent prêter main forte à l'attaquant de pointe et qu'ils bougent beaucoup afin de créer des espaces. Cela veut dire que Luiz Gustavo et l'expérimenté Anatoli Tymoschuk devront se montrer patients. Avec l'arrivée de l'international espagnol, Thomas Müller est désormais un concurrent direct de son équipier de la Mannschaft Toni Kroos, qui peut également jouer dans un rôle plus défensif. En principe, l'international allemand Mario Gomez constitue une valeur sûre en pointe mais pendant sa blessure, le pivot croate Mario Mandzukic, dont on ne voulait plus à Wolfsburg, a démontré qu'il était un remplaçant plus que valable. Quant au joker, Claudio Pizarro, il peut aussi évoluer en brise-lames. JUPP HEYNCKES (GER, 09/05/1945) Cette saison, les grandes vedettes devront faire preuve de plus de discipline. Le rôle du nouveau directeur sportif Matthias Sammer sera d'éviter que les égos ne prennent le dessus sur le collectif. Jupp Heynckes, qui n'a pas réussi à décrocher un seul trophée la saison dernière, ne s'en fait plus. Il veut solidifier l'esprit de groupe car il est convaincu que la concurrence ne fera qu'augmenter la qualité du noyau.