Adresse : Postfach 90 04 51, 81 504 München
...

Adresse : Postfach 90 04 51, 81 504 München Tél. : 00 49 89 69 93 10 Fax : 00 49 89 64 41 65 Internet : www.fCBAYERN.DE Palmarès européen : 1974, 75, 76, 2001 (C1), 1967 (C2), 1996 (C3) L'an dernier, le stratège du Bayern s'est mué en espoir de l'équipe nationale allemande. A 27 ans, Michael Ballack est l'exception qui confirme la règle au sein d'une génération de footballeurs qui manque de talent, de créativité et de flair. Il a entamé sa carrière dans l'anonymat dans le club de Motor Karl Marx Stadt, rebaptisé Chemnitzer FC, en ex-Allemagne de l'Est. Après un passage au FC Kaiserslautern de 1997 à 1999, il aboutit à Leverkusen qui paya cinq millions d'euros pour s'attirer les services... d'un réserviste. Sous les ordres de Christoph Daum et, plus tard, de Klaus Toppmöller il deviendra le maître à jouer qui, comme nul autre, donne le rythme à une rencontre tout en étant efficace offensivement. L'homme de Görlitz couronna sa saison 2001-2002 avec un transfert lucratif au Bayern Munich, qui s'acquitta de six millions d'euros. Il doit en Bavière faire oublier un Stefan Effenberg carbonisé. Ballack a réussi sa mission : il prit en mains l'équipe sur le terrain, l'amena à réaliser le doublé, marqua 10 fois en 26 rencontres et fut la courroie de transmission idéale entre défense et attaque. Entre-temps, il est devenu l'un des golden boys du foot outre-Rhin, élu meilleur joueur ces deux dernières saisons. Son surnom ? Der kleine Kaiser. Il est l'homme des buts importants, des assists en or et possède un tir à distance très précis. Un footballeur rare, mais sensible aussi aux blessures. Il dispute rarement tous les matches de championnat. La saison dernière il a également été longuement blessé, se déchirant les ligaments de la cheville contre Leverkusen, début mars. Fin avril il était sur pied et marquait deux buts décisifs dans la finale de la Coupe d'Allemagne, contre Kaiserslautern.Ottmar Hitzfeld dispose d'un noyau très équilibré, toutes les positions étant parfaitement doublées. Cela lui permet de laisser tourner son effectif, ce qu'il fait ces derniers temps, mais aussi de changer de système de jeu, par exemple passer d'un 4-4-2 (utilisé le plus souvent) à un 4-3-3. Oliver Kahn est toujours une certitude au but. Le capitaine, avec sa mentalité de gagneur, prend non seulement beaucoup de points pour son équipe mais élève aussi le niveau de ses partenaires en criant sur le terrain. La défense à quatre est une combinaison de physique, de technique et de course. Les deux internationaux français Willy Sagnol (à droite) et Bixente Lizarazu (à gauche et en alternance avec Tobias Rau) prennent les flancs à leur compte. On attend surtout d'eux de la profondeur, ils doivent tenter le plus possible de combiner pour atteindre la ligne de fond adverse et de préférence y adresser un bon centre. En cas de perte de balle, ce système a des conséquences sur le médian défensif, Jens Jeremies (ou Owen Hargreaves), qui doit venir prêter main forte à ses défenseurs centraux Robert Kovac et Thomas Linke (qui a pour l'heure la préférence par rapport à Samuel Kuffour et le nouveau venu argentin Martin Demichelis). L'organisation peut aussi retomber sur ses pattes lorsque les médians latéraux Sebastian Deisler et Zé Roberto rentrent dans le jeu. Ces deux joueurs doivent en temps normal élargir le jeu et, via une action individuelle, mettre la défense adverse en doute grâce à la technique exceptionnelle dont tous deux disposent. Les Bavarois attendent surtout beaucoup de Deisler, l'éternel espoir de la Mannschaft enfin libéré de ses blessures. S'il échoue, le Bayern dispose en la personne de l'international bosniaque Hasan Salihamidzic, d'un dribbleur hors-pair qui marque facilement. Les idées offensives viennent de Michael Ballack ou de Mehmet Scholl. Ils sont les plaques tournantes, qui déterminent le rythme d'une rencontre et adressent les ballons aux attaquants. En pointe, le départ de Giovane Elber à Lyon a changé la donne : Roy Makaay, meilleur buteur européen, occupe ce poste, avec en soutien le remuant Claudio Pizarro ou Roque Santa Cruz, tout à fait rétabli. Tous trois sont de véritables buteurs, aussi dangereux au sol que sur ballons aériens. Les Bavarois attendent beaucoup d'un Deisler enfin libéré de ses blessures