Tactique

Il faut laisser le ballon travailler. Telle est la devise de l'ancien international néerlandais Bosz. L'ex-médian ajacide, qui a disputé la finale de l'Europa League en 2016-2017 avec une très jeune équipe de l'Ajax (perdue 2-0 face à Manchester United), s'en tient à son 4-3-3.
...

Il faut laisser le ballon travailler. Telle est la devise de l'ancien international néerlandais Bosz. L'ex-médian ajacide, qui a disputé la finale de l'Europa League en 2016-2017 avec une très jeune équipe de l'Ajax (perdue 2-0 face à Manchester United), s'en tient à son 4-3-3. C'est un professeur de football, un enseignant. Son équipe doit être une garantie de spectacle et celui-ci commence par un jeu basé sur une importante possession du ballon. Lors de l'embauche de joueurs, il attache donc beaucoup d'importance à leur bagage technique et à leur souplesse. Il prône de courtes combinaisons. Grâce à l'arrivée de Demirbay (26 ans) aux côtés de Havertz et cie, il veut que son équipe soit encore plus dominante. Il a davantage de possibilités de remplacement, par exemple pour renverser plus vite le triangle médian. Bosz avait signé jusqu'en 2020 mais fin août, il a négocié un contrat plus long avec le directeur technique Simon Rolfes. Plus que tout, il aime former des talents à long terme. Il fait en sorte que ses joueurs soient à l'aise et osent développer leur jeu, sans craindre d'éventuelles conséquences. L'ailier de 21 ans, explosif et technicien, a éclaté après l'arrivée du coach néerlandais Bosz. Parce que celui-ci est très offensif et mise sur les flancs. Bailey était suivi par la Roma. En juin, après des années d'hésitations, il a opté pour l'équipe nationale jamaïcaine. Il a longtemps cru pouvoir se produire pour l'Angleterre ou la Belgique.