Le choc entre Charleroi et La Louvière (2-2) a une fois de plus ranimé les conversations concernant un éventuel avenir commun des deux clubs. Sport/Foot-Magazine a souvent abordé ce thème de réflexion. Il y a quelques semaines, Jean-Claude Van Cauwenberghe avait déclaré que les quatre clubs de D1 du Hainaut devaient réfléchir à leur avenir. Cette fois, c'est dans les colonnes du Soir que le dé...

Le choc entre Charleroi et La Louvière (2-2) a une fois de plus ranimé les conversations concernant un éventuel avenir commun des deux clubs. Sport/Foot-Magazine a souvent abordé ce thème de réflexion. Il y a quelques semaines, Jean-Claude Van Cauwenberghe avait déclaré que les quatre clubs de D1 du Hainaut devaient réfléchir à leur avenir. Cette fois, c'est dans les colonnes du Soir que le débat a été relancé. Abbas Bayat, le président carolo, a clairement déclaré qu'il accepterait d'ouvrir son actionnariat à Filippo Gaone. Ce dernier n'a pas dit non. L'homme fort des Loups comprend les problèmes financiers de sa ville mais ne peut plus tenir le coup dans un environnement vétuste. Cet état du stade limite fortement la politique financière d'un club livrant un remarquable travail sportif. Filippo Gaone ne peut plus sortir son portefeuille toutes les années. Au Lierse, malgré la vente d' Arouna Koné et de Stein Huysegems, les joueurs ont dû attendre quelque peu leur dernier salaire car les caisses étaient vides. Ce n'est jamais arrivé à La Louvière mais on chuchote qu'une partie de la famille Gaone juge désormais que trop, c'est trop. Il y a des limites qui ne peuvent pas être franchies. La marge de man£uvre de Filippo Gaone est minime. Si les supporters louviérois refusent l'idée de s'entraîner au Tivoli mais de jouer au Mambourg, le patron des Loups ne sera-t-il pas tenté de remettre les clefs du stade et le numéro de matricule à l'ASBL Centre-Actions, par exemple ? Entre elle, attachée au Tivoli, qui a trouvé 185.000 euros cette saison et Big Filippo, c'est la guerre. Gaone a déclaré que d'autres clubs que Charleroi lui font les yeux doux. Son noyau et son staff administratif ont fait leurs preuves. La réussite de Tubize en D2 pourrait corser le débat. En cas de montée en D1, Tubize aura un énorme problème de stade. Or, il y a quelques mois, on nous a bien dit à Tubize que ce club n'hésiterait pas à s'installer, par exemple, au Mambourg, pour les matches de championnat. Cette solution serait rationnelle. Si c'était le cas, ce serait une piste de réflexion en moins pour Filippo Gaone. Le dossier du football hennuyer et demain du Brabant wallon (Tubize) ne sera pas rapidement refermé. (Pierre Bilic)Pierre Bilic