Cela fait quatre ans qu'il a quitté le petit écran mais on nous le ressort régulièrement de sa retraite bourguignonne. C'est que les téléspectateurs de la RTBF n'ont jamais véritablement oublié le style british de Frank Baudoncq.
...

Cela fait quatre ans qu'il a quitté le petit écran mais on nous le ressort régulièrement de sa retraite bourguignonne. C'est que les téléspectateurs de la RTBF n'ont jamais véritablement oublié le style british de Frank Baudoncq. La semaine dernière, La Dernière Heure lui a consacré une interview au cours de laquelle il a balayé ses 32 ans de télévision et jeté un regard sur la nouvelle mouture de la chaîne de service public. " Quand je suis arrivé, j'avais devant moi de glorieux anciens qui étaient des gens de référence : Arsène Vaillant, Théo Mathy, Roger Laboureur. Puis il y avait une génération intermédiaire avec mes copains PierreDepré et Richard De Beir. Aujourd'hui, il y a un renversement de la courbe d'âge. Il y a eu un départ massif des anciens sur une très courte période ". Il se souvient aussi de ses succès, même s'il dit que le mot n'est pas adéquat : la Coupe du Monde 96 au Mexique et le Belgique-Angleterre deu Mondial 90, qui a été le plus gros succès d'audience en télévision. Aujourd'hui, Frank Baudoncq a un fils de 28 ans et deux enfants plus jeunes. " C'est pour eux que j'ai quitté la RTBF, pour faire leur bonheur après avoir eu tout le temps de faire ma petite gloriole. Parce qu'on n'est quand même pas grand-chose dans ce métier. Il y a plein de choses qui ne vont pas dans le monde du sport professionnel : l'argent, la triche, le dopage, les fausses valeurs véhiculées. Tout cela, j'ai dû le gommer ou, tout au moins, ne pas le souligner, malgré mes principes d'éducation et de vie auxquels je suis très attaché ". Outre ses enfants, Frank Baudoncq participe à la vie associative de Chalon-sur Saône, il écrit des bouquins et construit une maison. Coté télé, il n'a plus que les trois chaînes françaises les plus connues mais est toujours au courant de tout ce qu'il se passe en Belgique. " J'ai vu qu'on avait liquidé les bijoux de famille, ça me scie complètement. J'ai même écrit à l'administrateur pour lui dire que je croyais qu'il y avait quelques erreurs stratégiques dans tout ça et qu'il y avait d'autres solutions que de dire, toujours, c'est trop cher. Les JO perdus, les coupes d'Europe perdues, ça me fend le c£ur ". Il pense aussi du bien de l'arrivée de Georges Grün sur RTL mais pas comme présentateur. " Je conseille à tous les journalistes sportifs de faire comme les intermittents du spectacle en France ". Georges Heylens commente le championnat.