À court de carburant après une course-poursuite aérienne de plusieurs centaines de kilomètres avec des hélicoptères de l'armée mexicaine, un petit avion de tourisme transportant environ 400 kilos de cocaïne s'est écrasé à Botija, au Mexique. Ton dernier vol long-courrier qui a mal tourné?
...

À court de carburant après une course-poursuite aérienne de plusieurs centaines de kilomètres avec des hélicoptères de l'armée mexicaine, un petit avion de tourisme transportant environ 400 kilos de cocaïne s'est écrasé à Botija, au Mexique. Ton dernier vol long-courrier qui a mal tourné? BASTIEN TOMA: Ce n'était pas un long-courrier, mais j'ai un mauvais souvenir d'un Genève-Pristina il y a quelques années, à cause des nombreuses turbulences. Sinon, pour d'autres raisons, mon dernier Bruxelles-Genève pour partir en sélection le mois dernier était vraiment angoissant aussi. J'avais téléchargé la saison 1 de Riverdale et je n'ai pas survécu à l'épisode pilote. C'est vraiment un navet cette série... Panique aux États-Unis et pour une fois, ce n'est pas la faute du Covid-19. Une dernière étude montre le lien entre le stress en période électorale et l'augmentation de problèmes cardiovasculaires. De fait, en 2016, les hospitalisations liées à des crises cardiaques ont presque doublé dans les deux jours ayant suivi l'élection de Donald Trump. Toi, c'est qui la dernière personne qui t'a donné la nausée? TOMA: Hormis mon pote Mathias qui me bat tout le temps à FIFA, vous voulez dire? Je dirais Arturo dans la Casa de Papel. Deux enfants déguisés en Donald et Melania Trump ont fait sensation lors d'Halloween à la Maison Blanche. Tu te souviens de ton pire déguisement? TOMA: Je devais avoir sept ans et on avait du confectionner nous-mêmes nos déguisements de carnaval en classe. J'étais parti sobrement sur un déguisement de cow-boy. Le résultat était catastrophique, avec des plumes qui volaient un peu partout. Un vrai carnage et le pire, c'est que j'avais dû le garder pendant toute une journée à l'école. Grosse gêne ( rires). Les gendarmes d'Argenton-sur-Creuse, dans le centre de la France, ont intercepté un automobiliste qui roulait à 249 km/h sur l'autoroute. Pas bête, le contrevenant a tenté de se justifier en expliquant qu'il voulait rentrer avant le couvre-feu. Ta meilleure excuse? TOMA: Récemment, à Sion, je me suis fait contrôler quatre fois en un mois de temps. Lors du dernier contrôle, le policier m'arrête, mais me reconnaît. Et ça n'avait rien à avoir avec les trois contrôles précédents ( rires). Et là, il me demande si c'est vrai que je vais signer à Strasbourg. Je lui dis que ce sont des rumeurs, que je n'y ai même jamais mis les pieds. Il m'a répondu qu'il savait que je venais de là en voiture. Mais c'était faux... Bref, il m'a finalement laissé repartir... La "Villa des anges", près de Béthune, dans le Nord-Pas-de-Calais, en France, un club échangiste bien connu de la région, a écopé d'une fermeture administrative de quinze jours pour non-respect de la distanciation physique. Toi, c'est quoi ton commerce de proximité qui te manque le plus en cette période délicate? TOMA: Ici, à Genk, je n'ai pas encore eu le temps de m'attacher, mais lors de la première vague, en Suisse, j'étais un peu perdu lorsqu'ils ont fermé le centre commercial de Conthey. J'allais souvent m'y balader, manger une glace chocolat-caramel, faire des courses. C'était ma petite routine. Le groupe finlandais Nokia va fabriquer pour la Nasa ce qui sera le premier réseau de téléphonie mobile opérationnel sur la Lune, dans le cadre du projet de base humaine permanente de l'agence spatiale américaine. Toi aussi, ton premier téléphone, c'était un Nokia? TOMA: Non monsieur, je suis de la génération Samsung, moi! Par contre, si j'étais trop petit pour avoir connu les premiers Nokia, je ne vous cache pas que j'empruntais le téléphone de mes parents pour jouer à snake ( rires). Un homme a ouvert le feu dans un restaurant KFC à Memphis, aux États-Unis, au simple prétexte qu'il avait reçu la mauvaise commande. Ta dernière réaction disproportionnée? TOMA: Je faisais des courses chez Dior lors de vacances à Monaco et j'ai acheté un pantalon. Je l'enfile en rentrant chez moi et la fermeture éclair se casse. Le lendemain, je retourne au magasin, j'explique au vendeur et il me dit que comme je l'ai porté, je ne peux plus l'échanger. J'ai pété un câble, mais il n'a rien voulu entendre. Il m'a juste proposé de repartir avec un sac. Je lui ai bien évidemment dit qu'il pouvait le garder, son sac.