Liège reste sur une semaine agitée, à cause de son distributeur, qui a fait la une de manière bien triste. Le week-end du 27 octobre, Lionel Bosco (31 ans) a provoqué un accident de la circulation qui a fait un blessé grave. Celui-ci est toujours en danger de mort. Bosco a passé quelques jours en détention préventive.
...

Liège reste sur une semaine agitée, à cause de son distributeur, qui a fait la une de manière bien triste. Le week-end du 27 octobre, Lionel Bosco (31 ans) a provoqué un accident de la circulation qui a fait un blessé grave. Celui-ci est toujours en danger de mort. Bosco a passé quelques jours en détention préventive. Cela n'a pas empêché le distributeur chauve d'être sur le terrain vendredi soir, contre Okapi Aalstar. Liège a perdu la partie et du même coup la première place du classement, qui revient à Aalstar. L'entraîneur Fulvio Bastianini revient sur la semaine écoulée, sans éluder l'affaire Bosco. " Je ne veux pas invoquer cette excuse mais c'est un fait : cette agitation a eu un impact sur mon noyau. Lionel est le moteur et le leader de l'équipe et c'est à lui que nous devons notre bon début de championnat. Ce qui s'est passé est avant tout un terrible drame humain. Ceux qui connaissent Lionel savent qu'il n'est pas un fêtard. Lire tous ces articles négatifs à son sujet me fait donc mal. Je ne nourris pas la moindre illusion : tant que la victime lutte contre la mort, l'affaire pèsera sur notre mental. " L'enthousiasme initial suscité par Basket Liège a donc été tempéré, comme l'admet Bastianini. C'est dommage car l'équipe mérite un grand coup de chapeau pour la manière dont elle a battu Ostende et Mons durant les premières semaines de la saison, alors que l'équipe ne compte que trois Américains, misant sur de jeunes Belges. Liège démontre-t-il ainsi qu'on peut obtenir des résultats avec des Belges et son exemple fera-t-il des émules ? Bastianini l'espère. " Notre projet belge n'est pas né d'une réflexion financière. Nos trois Américains ne sont même pas les plus gros salaires du noyau. Pepinster a un budget encore plus étriqué que nous alors qu'il aligne beaucoup d'étrangers. Nous avons simplement cherché à former un noyau équilibré. Dans cette quête, nous nous sommes tournés vers de jeunes Belges avides de succès et nous avons complété l'équipe par des Américains. Nous avons donc fait juste le contraire de la plupart des autres clubs. Olivier Troisfontaines et Pierre-Antoine Gillet ont reçu leur chance la saison passée et ils confirment maintenant leurs prestations. Nous avons aussi engagé des Belges qui ont déjà montré leurs qualités : Ioann Iarochevitch, qui est la révélation de ce début de saison à mes yeux, Bosco et le BelgianLionWen Mukubu. Plusieurs talents de notre école des jeunes devraient être prêts d'ici deux ans mais ils peuvent déjà jouer s'il fallait pallier des blessures. L'ensemble fonctionne bien, les résultats suivent et tout cela nous conforte dans l'idée qu'il est parfaitement possible de jouer avec des Belges. " MATTHIAS STOCKMANS