Début février, Bart Goor (31 ans) s'est fracturé le tibia, dans un duel avec Pal Dardai, pendant un entraînement du Hertha BSC. Le capitaine de l'équipe nationale a dû faire l'impasse sur les matches contre la France et l'Allemagne. Le médian gauche est entré au jeu contre Hansa Rostock, le VfL Wolfsburg et le Borussia Mönchengladbach.
...

Début février, Bart Goor (31 ans) s'est fracturé le tibia, dans un duel avec Pal Dardai, pendant un entraînement du Hertha BSC. Le capitaine de l'équipe nationale a dû faire l'impasse sur les matches contre la France et l'Allemagne. Le médian gauche est entré au jeu contre Hansa Rostock, le VfL Wolfsburg et le Borussia Mönchengladbach. Bart Goor : Je suis prêt à 100 %. Je peux rejouer un match complet mais évidemment, je dépends de la décision de l'entraîneur. Je me sens vraiment bien. Les deux premières semaines, j'ai lutté contre mon retard de condition : deux mois d'inactivité ne s'effacent pas d'un coup de baguette magique. Je me suis entraîné d'arrache-pied pendant six semaines pour revenir. Il me manque encore un peu de rythme, c'est tout, mais c'est logique. C'est ainsi. Tous les mercredis, nous disputons un match d'une heure à onze contre onze. En Allemagne, ce n'est pas rien, vous savez ! En effet. Il n'y a pas beaucoup de différence entre les équipes du bas de classement. Il est vraiment difficile de faire des pronostics. Notre problème est simple : nous commençons toujours brillamment nos matches mais nous nous effondrons en seconde période. Généralement, nous encaissons un ou plusieurs buts en fin de rencontre. Mentalement, c'est dur à digérer. Voilà le résumé de notre saison. Nous le savions à son engagement. Cela ne change rien au problème. J'ai vécu la même situation avec Robert Waseige, quand il a annoncé, avant la Coupe du Monde, qu'il rejoindrait ensuite le Standard. Ce n'est pas très important aux yeux des joueurs car l'objectif commun demeure identique. L'équipe recèle beaucoup de qualités. Comptez le nombre d'internationaux ! Une avalanche de blessures nous a empêchés de former une véritable équipe. Jamais nous ne sommes parvenus à redresser la barre, après un mauvais début de championnat. Je n'y pense vraiment pas pour l'instant. Une chose est sûre : je n'ai pas l'intention d'évoluer en D2. Si nous descendons, je suis libre. Mais jee n'ai pas encore eu d'entretien avec le Standard. Oh ! Si Emile pense que c'est mieux, c'est son choix. Même un capitaine ne peut l'influencer dans sa décision. Emile a beaucoup de qualités mais il traverse sans doute une période difficile. Cependant, mettre fin définitivement à sa carrière internationale à son âge, c'est excessif. Frédéric Vanheule