Contrairement à Audi, qui dérive ses A4 et A6 en versions Allroad grâce à son Quattro, Peugeot ne possède pas de transmission intégrale dans sa banque d'organes... Difficile, dès lors, d'imaginer proposer un break tout-chemin qui s'enliserait dès la première flaque de boue !

Heureusement, la nouvelle mécanique hybride diesel du groupe PSA ouvre les portes de la transmission intégrale au constructeur français. Grâce au moteur électrique animant directement ses roues arrière, la 508 RXH peut du coup aussi s'autoriser des excursions aventurières grâce à son mode 4WD. Avantage du système hybride par rapport à un système de transmission mécanique classique : seul un petit câble électrique haute tension, beaucoup moins encombrant, doit relier les deux trains. Autre point fort : la technique permet de s'offrir le luxe de rouler en mode tout électrique dans les villes (c'est assez reposant) et permet surtout d'obtenir une homologation CO2 de seulement 107g/km. Et ce, malgré la transmission intégrale, la boîte automatique et une puissance cumulée de 200 ch (163 ch en diesel + 37 ch en électrique). Une Audi A4 Allroad 2.0 TDI 177 ch Quattro S-Tronic ne peut faire mieux que 156g/km... A l'usage, avec la Peugeot, il faut tabler sur une consommation d'environ 6l/100km de diesel. Pas mal pour un grand break de ce type !

Souhaitant proposer un véhicule premium, Peugeot offre un équipement de série ultra-complet à sa 508 RXH. Sièges et volant en cuir, système de navigation, accès et démarrage mains libres, fauteuils chauffants, phares automatiques, capteurs de stationnement avant et arrière... Bref, la totale. A l'extérieur aussi, la 508 RXH soigne sa présentation avec ses feux de jour à LED en forme de griffes, ses extensions de carrosserie et ses sabots de protection avant/arrière en inox. Son charisme s'affirme enfin grâce à l'apparition de jantes de 18 pouces spécifiques, l'élargissement de ses voies (+4 cm) et son assiette surélevée (+5 cm). Ce positionnement haut sur pattes ne grève toutefois pas le plaisir de conduite. Au contraire, la 508 RXH se profile comme un des breaks surélevés les plus dynamiques du segment.

A savoir

Au centre de la cinématique hybride, on retrouve une boîte robotisée à six rapports. Si elle permet de reposer son pied gauche dans les embouteillages, elle énerve parfois à cause de son côté hésitant et saccadé. Heureusement, le moteur électrique à l'arrière lisse un peu la man£uvre. Mais les changements de rapports restent moins efficaces qu'avec une vraie boîte automatique.

PAR JEAN-FRANCOIS CHRISTIAENS

Contrairement à Audi, qui dérive ses A4 et A6 en versions Allroad grâce à son Quattro, Peugeot ne possède pas de transmission intégrale dans sa banque d'organes... Difficile, dès lors, d'imaginer proposer un break tout-chemin qui s'enliserait dès la première flaque de boue ! Heureusement, la nouvelle mécanique hybride diesel du groupe PSA ouvre les portes de la transmission intégrale au constructeur français. Grâce au moteur électrique animant directement ses roues arrière, la 508 RXH peut du coup aussi s'autoriser des excursions aventurières grâce à son mode 4WD. Avantage du système hybride par rapport à un système de transmission mécanique classique : seul un petit câble électrique haute tension, beaucoup moins encombrant, doit relier les deux trains. Autre point fort : la technique permet de s'offrir le luxe de rouler en mode tout électrique dans les villes (c'est assez reposant) et permet surtout d'obtenir une homologation CO2 de seulement 107g/km. Et ce, malgré la transmission intégrale, la boîte automatique et une puissance cumulée de 200 ch (163 ch en diesel + 37 ch en électrique). Une Audi A4 Allroad 2.0 TDI 177 ch Quattro S-Tronic ne peut faire mieux que 156g/km... A l'usage, avec la Peugeot, il faut tabler sur une consommation d'environ 6l/100km de diesel. Pas mal pour un grand break de ce type ! Souhaitant proposer un véhicule premium, Peugeot offre un équipement de série ultra-complet à sa 508 RXH. Sièges et volant en cuir, système de navigation, accès et démarrage mains libres, fauteuils chauffants, phares automatiques, capteurs de stationnement avant et arrière... Bref, la totale. A l'extérieur aussi, la 508 RXH soigne sa présentation avec ses feux de jour à LED en forme de griffes, ses extensions de carrosserie et ses sabots de protection avant/arrière en inox. Son charisme s'affirme enfin grâce à l'apparition de jantes de 18 pouces spécifiques, l'élargissement de ses voies (+4 cm) et son assiette surélevée (+5 cm). Ce positionnement haut sur pattes ne grève toutefois pas le plaisir de conduite. Au contraire, la 508 RXH se profile comme un des breaks surélevés les plus dynamiques du segment. Au centre de la cinématique hybride, on retrouve une boîte robotisée à six rapports. Si elle permet de reposer son pied gauche dans les embouteillages, elle énerve parfois à cause de son côté hésitant et saccadé. Heureusement, le moteur électrique à l'arrière lisse un peu la man£uvre. Mais les changements de rapports restent moins efficaces qu'avec une vraie boîte automatique. PAR JEAN-FRANCOIS CHRISTIAENS