Après avoir emmené le modeste club de Huesca vers la première montée en Liga de son histoire, Rubi s'est attaqué à un nouveau défi ambitieux. Le Catalan, ancien adjoint de Tito Vilanova sur le banc du Barça, a pris les rênes de l'Espanyol, deuxième club de la métropole de Catalogne. Incapables de jouer les premiers rôles en Liga depuis une quinzaine d'années, et décapités par le départ de leur buteur Gerard Moreno po...

Après avoir emmené le modeste club de Huesca vers la première montée en Liga de son histoire, Rubi s'est attaqué à un nouveau défi ambitieux. Le Catalan, ancien adjoint de Tito Vilanova sur le banc du Barça, a pris les rênes de l'Espanyol, deuxième club de la métropole de Catalogne. Incapables de jouer les premiers rôles en Liga depuis une quinzaine d'années, et décapités par le départ de leur buteur Gerard Moreno pour Villarreal, les Péricos s'attendaient à une saison difficile. Quelques mois plus tard, l'Espanyol joue les premiers rôles, avec un football qui attire les louanges et les récompenses individuelles. Installé dans la charnière centrale qu'il emmène avec personnalité et talent, le jeune Mario Hermoso vient ainsi de décrocher sa première sélection avec la Roja de Luis Enrique. Un échelon plus haut, la pépite locale s'appelle Marc Roca, 21 ans à peine mais une science du jeu et une qualité de passe qui font déjà de lui l'un des mediocentros les mieux cotés de la péninsule. Accompagné par Sergi Darder (ex-Lyon) et Esteban Granero (ex-Real), Roca est la pointe basse d'un triangle dominateur autour du rond central, clé indispensable pour bien figurer en Liga. Au sommet du football de Rubi, il reste encore deux individualités qui brillent depuis le coup d'envoi de la saison. Avec son expérience et la qualité de son pied, le vétéran Sergio Garcia, champion d'Europe 2008 avec la Roja de Luis Aragones, met en lumière les qualités de finisseur de Borja Iglesias. Surnommé " le Panda ", l'attaquant de l'Espanyol est dans le peloton de tête du classement des buteurs après un tiers de compétition. Une surprise, puisqu'il n'avait jamais disputé la moindre rencontre de Primera División avant l'été dernier. Formé au Celta Vigo, il empilait les buts avec l'équipe B des Galiciens jusqu'à prendre la direction de Saragosse au début de la défunte saison. Auteur de 22 buts en Liga 2, ce qui en a fait le troisième meilleur buteur du championnat, il a convaincu Rubi, vice-champion de l'antichambre espagnole avec Huesca, de lui donner sa chance un échelon plus haut. Pari réussi.