La plupart des prix ont déjà été attribués en Espagne mais Barcelone, finaliste de la Coupe, est en pleine crise. Carlos Rexach, l'entraîneur intérimaire des Catalans, a joliment résumé la situation: "Nous sommes aux soins intensifs".
...

La plupart des prix ont déjà été attribués en Espagne mais Barcelone, finaliste de la Coupe, est en pleine crise. Carlos Rexach, l'entraîneur intérimaire des Catalans, a joliment résumé la situation: "Nous sommes aux soins intensifs". La fierté catalane a perdu la face sous la présidence de Joan Gaspart. La saison a été dominée par le chaos, elle constitue une catastrophe sportive et financière. Barcelone ne peut plus espérer de qualification pour la Ligue des Champions que si Valence remporte ses deux derniers matches. Sous la direction de Lorenzo Serra Ferrer, les Catalans ont perdu la philosophie qui faisait leur force. Il ne reste plus trace de leur jeu offensif, où beauté du geste et résultats étaient en parfaite symbiose. Cette année, Barcelone n'a été qu'un assemblage de grandes vedettes incapables de former une véritable équipe. Rivaldo n'a pas émergé. Il est temps de faire le ménage dans le vestiaire: Petit, De la Peña, Gerard et Alfonso n'ont pratiquement pas joué, le gardien français Dutruel a été renvoyé sur le banc. Seul Marc Overmars a répondu aux attentes. Gaspart dispose d'une enveloppe de 1,44 milliard pour ses transferts, mais celle-ci est dérisoire, au vu des prix actuels. Le seul transfert de Juan Ramon Riquelme, le grand talent argentin de Boca Juniors, a coûté 495 millions. Barcelone a également enrôlé Geovanni Deiberson Mauricio (21 ans), un attaquant brésilien de Cruzeiro Belo Horizonte, pour 660 millions. On annonce aussi le gardien italien Francesco Toldo. Patrick Kluivert reste jusqu'en 2006. Les négociations avaient capoté face aux exigences du Néerlandais, qui exigeait un salaire annuel de 180 millions, le Barça ne voulant pas allonger plus de 110 millions. Frank de Boer, âgé de 31 ans, a resigné jusqu'en 2003, alors que la contre-expertise a confirmé un taux anormal de nandrolone. Las, aucun entraîneur ne semble disposé à se pencher au chevet de Barcelone. Après Hector Cuper (Valence), Fabio Capello (AS Rome) et Arsène Wenger (Arsenal) ont décliné l'honneur. (F. Vanheule)