La promotion du modeste Sankt-Pauli permettra au Hamburger SV, club de tradition, de disputer un derby le 30 novembre prochain. On doute que les supporters s'y intéressent déjà. Il y a un an, tout aurait été différent : l'équipe de Frank Pagelsdorf s'était qualifiée pour la Ligue des Champions, en remportant la troisième place, contre toute attente. Le HSV avait fait bonne figure au bal des Champions, réa...

La promotion du modeste Sankt-Pauli permettra au Hamburger SV, club de tradition, de disputer un derby le 30 novembre prochain. On doute que les supporters s'y intéressent déjà. Il y a un an, tout aurait été différent : l'équipe de Frank Pagelsdorf s'était qualifiée pour la Ligue des Champions, en remportant la troisième place, contre toute attente. Le HSV avait fait bonne figure au bal des Champions, réalisant un spectaculaire 4-4 contre la Juventus avant de la battre 1-3 à Turin, tout en livrant un football attrayant. Las, ces exploits ne lui permirent pas de se qualifier pour le deuxième tour. Troisième d'une poule qui comprenait aussi La Corogne et Panathinaikos, Hambourg s'était toutefois qualifié pour l'UEFA. L'excellence de son bulletin européen contrastait avec le jeu produit en Bundesliga. Au premier tour, les pions déterminants avaient évolué en-deçà de leur niveau et le moderne 3-4-3 de l'entraîneur n'avait plus fonctionné. Le gardien, Hans-Jörg Butt, était devenu moins souverain, Ingo Hertzsch avait éprouvé des difficultés à entraîner la défense dans son sillage et Rodolfo Cardoso, le meneur argentin, n'avait joué que huit matches, victime d'une cascade de blessures, tandis que Roy Präger n'était plus que l'ombre de lui-même. En outre, Erik Meijer et Anthony Yeboah, rappelés, ne s'étaient guère imposés. Bilan à la trêve: une onzième place bien décevante. La lourdeur du calendrier avait finalement relégué le HSV à la treizième place. Heureusement que le club hanséatique a pu compter sur Sergeï Barbarez, sa révélation bosniaque de 29 ans. Rejeté par le public critique de Dortmund, il s'est épanoui à Hambourg. Auteur de 22 buts, il a étalé sa polyvalence: fort de la tête, il a un tir puissant et sait se mouvoir dans des espaces restreints. On ne s'étonnera pas que le club exige la somme-record de deux milliards pour l'ancien joueur de Velez Mostar, Hanovre, Union Berlin et Hansa Rostock. La saison prochaine, il formera l'axe de l'équipe avec le défenseur hongrois Tomas Ujfalusi, le médian batave Nico-Jan Hoogma et Jörg Albertz, de retour des Glasgow Rangers. Nico Kovac, de son côté, rejoint le Bayern. (F. Vanheule)