Le FC Barcelone songe à lui pour remplacer Maxwell, parti au Paris Saint-Germain. Il a fêté sa première sélection en équipe nationale en octobre 2011. Au FC Valence, JordiAlba était considéré en début de saison comme le successeur de JuanMata, parti à Chelsea. Aujourd'hui, il a interverti sa position avec JérémyMathieu : il joue plus souvent comme arrière gauche que comme ailier.
...

Le FC Barcelone songe à lui pour remplacer Maxwell, parti au Paris Saint-Germain. Il a fêté sa première sélection en équipe nationale en octobre 2011. Au FC Valence, JordiAlba était considéré en début de saison comme le successeur de JuanMata, parti à Chelsea. Aujourd'hui, il a interverti sa position avec JérémyMathieu : il joue plus souvent comme arrière gauche que comme ailier. Né le 21 mars 1989 à L'Hospitalet de Llobregat, en Catalogne, Alba a été formé à La Masia, le centre de formation du Barça. Il y a joué jusqu'en Cadets, moment où le club s'est séparé de lui. A 16 ans, on lui a fait comprendre qu'il était... trop petit avec son 1m65. Etrange, alors que l'équipe Première est réputée pour ses joueurs de petite taille. Le club a préféré continuer avec GiovanidosSantos et BojanKrkic. Alba est alors parti à Cornellà, en première division catalane, jusqu'à ce que Valence vienne le chercher durant l'été 2007 pour jouer en Juniors. En seulement trois mois, le gaucher est parvenu à intégrer l'équipe Première. RonaldKoeman fut le premier à le convoquer, le 9 mars 2008, pour un match contre le Deportivo La Corogne, mais il n'a pas joué une minute. La saison suivante, il fut prêté au Gimnastic de Tarragone. Le directeur général AntoniPinilla mettait en évidence sa polyvalence : " C'est un joueur capable d'occuper les deux flancs en attaque. " De retour de prêt durant l'été 2009, Alba réalisa un bon stage de préparation et Valence décide de le garder. Son destin bascule en février 2010, lorsque Valence dispute les huitièmes de finale de l'Europa League à Brême contre le Werder de MesutÖzil. Mathieu est à l'infirmerie et Bruno s'est blessé en fin de première mi-temps. Le coach UnaiEmery, désespéré, regarde son banc de remplaçants et ne voit pas d'autre option que de lancer Alba : un extérieur de petite taille sans aucune expérience. " Dans le vestiaire, j'ai demandé aux joueurs s'ils voyaient un inconvénient à ce que je l'aligne comme arrière gauche ", se souvient l'entraîneur. " Il n'y a eu aucune objection. Et s'il y en avait eu ? Cela n'aurait rien changé, j'avais déjà pris ma décision. " Le match se termine sur le score de 4-4, mais ce soir-là, Valence a gagné plus qu'une place en quarts de finale : il a découvert un joueur de talent. Alba continue pourtant à être considéré comme un ailier. Et la concurrence est rude, car Valence compte dans ses rangs plusieurs gauchers de grande qualité : DavidSilva, Juan Mata ou Vicente lui barrent les portes de l'équipe Première. Le départ de Silva pour Manchester City, et surtout celui de Mata pour Chelsea, lui offrent une ouverture. Au début de cette saison, il est le titulaire au poste d'ailier gauche. Jusqu'à ce qu'Emery se souvienne du match de Brême et le fasse reculer, en offrant une position plus avancée à Mathieu. " Au début, Jordi ne voulait pas jouer comme arrière gauche ", rappelle Emery. " Maintenant, il ne voudrait changer de position pour rien au monde ". Ce poste d'arrière gauche lui a valu une première convocation en équipe nationale, il y a trois mois. Il a livré de bonnes prestations contre le FC Barcelone en Liga et contre Chelsea en Ligue des Champions, deux matches que VicenteDelBosque a observés depuis la tribune. " Emery a eu une bonne idée en reconvertissant Alba en arrière gauche ", estime le sélectionneur national qui n'a guère de solutions à ce poste étant donné que JoanCapdevila s'est retrouvé sur une voie de garage à Benfica et que Nacho Monreal, ex-Osasuna et aujourd'hui à Malaga, n'a pas vraiment convaincu. Alba est resté sur le banc, le 7 octobre à Prague contre la Tchéquie, et a débuté quatre jours plus tard à Alicante contre l'Ecosse : un match que l'Espagne gagne 3-1, ce qui lui permet de boucler la phase qualificative avec le maximum de points et d'établir un record avec 14 victoires d'affilée en match officiel. La Roja a peut-être découvert en Alba son arrière gauche pour l'EURO 2012. Ses qualités offensives, dues à sa formation d'attaquant, réapparaissent souvent dans ses débordements, sa facilité à assurer des relais et sa tentation de plonger jusqu'à la ligne de fond. Défensivement, il compense ses lacunes par une vitesse endiablée. Alba était un habitué des équipes nationales de jeunes : il a joué en U19 (avec un titre de champion d'Europe), en U20 et en U21, mais comme joueur offensif. ÁlexHerrera, un autre joueur de Valence désormais parti à Badajoz, a vécu la même évolution : d'ailier gauche à arrière gauche. " A ce poste défensif, les exigences sont supérieures, car chaque erreur ou perte de balle se paie cash ", estime-t-il. " Il faut appréhender les principes défensifs tout en demeurant menaçant en attaque. Les arrières gauches sont très recherchés dans le football espagnol, car ils sont rares. " Récemment, le nom d'Alba fut associé à Manchester United qui verrait en lui le possible successeur de PatriceEvra, mais la rumeur a été démentie. Ce qui est vrai, c'est qu'il figure sur les tablettes du Barça qui recherche un successeur pour Maxwell, parti au PSG. Alba pourrait donc revenir en Catalogne par la grande porte. Si pas en janvier, peut-être en juin. PAR DANIEL DEVOS" Unai Emery a eu une bonne idée en le repositionnant à l'arrière gauche " Vicente Del Bosque