par Geert Foutre
...

par Geert FoutreA driano Courtens, le vice-président, est toujours délégué de l'équipe première d'Hulste Sportief, qui évolue en quatrième Provinciale. Il a joué en pointe jusqu'à l'âge de 52 ans, a entraîné les Scolaires et les Juniors. Lorsque Francky Dury y jouait (il n'a jamais connu d'autre club), Hulste Sportief était une bonne équipe de P2. Courtens : " Francky était très doué techniquement. Il contrôlait bien le ballon mais il avait aussi une bonne condition physique. Il n'avait jamais de problèmes avec les arbitres mais il n'a pas joué beaucoup en équipe première. Lorsqu'il avait 15 ans, il est venu me demander conseil et j'ai compris qu'il deviendrait entraîneur. Dès qu'il remarquait quelque chose, il le disait. Ses équipiers l'écoutaient. Nous l'avions toujours aligné dans une catégorie d'âge supérieure. Il était jeune mais lisait très bien le jeu. C'est pour cela qu'il est parti : il voulait progresser plus vite que ce que nous lui permettions et il n'était pas plus tendre avec les uns qu'avec les autres. " Henk Coucke, un attaquant, a joué pendant trois ans avec lui à Hulste Sportief : " Que je sache, il n'a jamais occupé une autre place que celle d'arrière droit. Ce n'était pas un tout grand joueur mais déjà un gagneur. Dans les deux contre deux, les vaincus devaient payer un verre aux vainqueurs. Francky a bu pas mal de bière sur le compte des autres. Il venait des équipes d'âge, il n'était pas payé mais comprenait bien que les joueurs qui touchaient rendaient l'équipe meilleure et permettaient de prendre des points. Tout le monde en profitait donc. Il n'arpentait pas la ligne de haut en bas et de bas en haut. Mais s'il n'avait pas d'attaquant dans sa zone, il savait choisir le bon moment pour sortir et prêter main forte à l'entrejeu. Il pouvait tout faire mais ne brillait en rien. Il n'était ni très bon ni très mauvais de la tête, ni très lent ni très rapide. Il y a des joueurs incapables d'accélérer mais qui jouent toujours à un rythme élevé. Il a également arrêté très tôt pour se consacrer à l'école d'entraîneurs et à sa formation de policier, qui l'obligeait souvent à être absent les week-ends. " A-t-il déjà vu Dury inscrire un but ? " Je ne crois pas. Mais je ne l'ai jamais vu exclu non plus. Il était dur mais fair-play. Il n'était pas le leader de l'équipe car nous avions des joueurs de plus de 30 ans qui venaient de D3 ou de Promotion. Lorsque nous sortions ou traînions à la cafétéria, il nous accompagnait mais il y a toujours un moment où la plupart des joueurs rentrent chez eux et où seuls les vrais guindailleurs restent. Francky appartenait à la première catégorie. "