Le Sporting de Charleroi serait finalement resté en D1 même sans gagner son dernier match de championnat contre Mons ; les deux descendants û Heusden-Zolder et l'Antwerp û perdant tous les deux leurs matches de la dernière chance. Au Limbourg comme dans la Métropole, le réalisme, la raison et l'esprit sportif ont finalement prévalu et on a souvent entendu des réflexions du genre " on n'avait pas l'équipe pour rester en D1 ".
...

Le Sporting de Charleroi serait finalement resté en D1 même sans gagner son dernier match de championnat contre Mons ; les deux descendants û Heusden-Zolder et l'Antwerp û perdant tous les deux leurs matches de la dernière chance. Au Limbourg comme dans la Métropole, le réalisme, la raison et l'esprit sportif ont finalement prévalu et on a souvent entendu des réflexions du genre " on n'avait pas l'équipe pour rester en D1 ". C'est bien. Il y a une semaine, malheureusement, l'Antwerp a pris contact avec le procureur fédéral René Verstringhe û un avocat gantois chargé par l'Union Belge d'instruire toutes affaires liées à la corruption et la falsification û pour communiquer ses doutes quant à la motivation des joueurs trudonnaires lors de l'avant-dernier match de la dernière chance. " Les Canaris avaient eu leur motivation boostée par des primes carolos ", telle aurait été la teneur de quelques discussions survenues entre joueurs de l'Antwerp et de St-Trond sur le terrain. On était loin du service d'amis rendu par des joueurs à leur ancien coach Jacky Mathijssen, fraîchement passé à Charleroi. St-Trond réagit immédiatement en envoyant un courrier à Verstringhe, estimant que sa réputation était injustement mise en cause. Charleroi fit de même dans la foulée. " Le jeu de l'Antwerp est très clair ", nous disait Abbas Bayat, le président des Zèbres, à ce moment. " Il veut nous déstabiliser avant le match contre Mons. Avant que l'on soit battu récemment par le Germinal Beerschot, l'Antwerp avait également répandu une rumeur selon laquelle le club du Kiel allait nous laisser gagner pour être sûr que son voisin de Deurne descende ". L'Antwerp est-il allé trop loin en cette fin de saison, à l'inverse d'Heusden-Zolder qui se contenta de donner le meilleur de lui-même sur le terrain sans commenter les efforts de ses adversaires ? On en a l'impression, mais Verstringhe prévient : " Je possède suffisamment d'éléments pour entamer une enquête. Elle durera une quinzaine de jours. Les policiers de l'Union Belge vont travailler pour tenter de voir si Charleroi a, effectivement, payé les joueurs de St-Trond pour gagner. Ce qui est interdit ". Dans le pire des cas, s'il y a effectivement eu tentative de falsification, les mesures prévues vont des suspensions de joueurs et/ou de dirigeants à la radiation du club. Restons prudents, donc, avant d'émettre le moindre pronostic et attendons la fin de l'enquête. Et regrettons le climat ambiant tout en étant quand même satisfait du fait que la victoire carolo contre les Dragons fut finalement inutile pour déterminer les deux descendants. On n'ose, en effet, imaginer la tempête médiatique déjà préparée par l'Antwerp si ces trois points-là avaient été déterminants. On aurait parlé de collusion entre les deux clubs, cimentée par les liens politiques entre les socialistes Jean-Claude Van Cauwenberghe et Elio Di Rupo. La tricherie en sport est affreuse, mais que dire alors du fait d'accuser sans preuve un adversaire de tricherie ? Le Lierse, champion de Belgique en 1997, a donc senti le vent du boulet la semaine dernière. Menacé de relégation en D3 par la commission des licences de l'Union Belge pour non-paiement de dettes à l'ONSS, le club a finalement sauvé sa peau. Il a payé tardivement ses dettes, a demandé à la Ligue Professionnelle des tuyaux pour sa défense et vu le comité d'appel des licences finalement lui donner le feu vert pour rester en D1 moyennant certaines conditions comme l'interdiction d'effectuer des transferts entrants payants... Le Lierse a parfaitement tablé sur le fait que l'Union Belge et la Ligue Pro ne tirent pas nécessairement dans le même sens et que le compromis est érigé en vertu dans le football belge aussi. Tant mieux pour le club mais, désolé, ça ne fait pas sérieux car la question fondamentale û travailler pour assainir financièrement le football belge û paraît une nouvelle fois contournée. par John BaeteLa tricherie en sport est affreuse, mais que dire du fait d'ACCUSER SANS PREUVE DE TRICHERIE ?