I y a un an, nous écrivions que l'heure de la récolte était venue. C'est exactement ce qu'a fait Lokeren durant sa quatrième saison sous les ordres de Maes : il a gagné la Coupe, a participé aux PO1 et s'est qualifié pour l'Europe. On s'attendait à ce que le coach s'en aille mais le Limbourgeois a obtenu quelques garanties du président Lambrecht : le noyau est conservé et des travaux de rénovation ont été réalisés.
...

I y a un an, nous écrivions que l'heure de la récolte était venue. C'est exactement ce qu'a fait Lokeren durant sa quatrième saison sous les ordres de Maes : il a gagné la Coupe, a participé aux PO1 et s'est qualifié pour l'Europe. On s'attendait à ce que le coach s'en aille mais le Limbourgeois a obtenu quelques garanties du président Lambrecht : le noyau est conservé et des travaux de rénovation ont été réalisés. Maes doit maintenant confirmer avec une équipe inchangée. La préparation a montré que ça ne coulait pas de source : le jeu du Sporting a été moins fluide que les années précédentes et certains piliers se sont accordé plus de temps pour retrouver la forme, à commencer par ceux qui pourraient être transférés : Vanaken, le meilleur buteur de la préparation il y a un an avec sept buts, mais nettement moins prolifique maintenant, Harbaoui et Scholz. Lokeren estime avoir 90 % de chances de les conserver. Copa a disputé la Coupe du Monde avec la Côte d'Ivoire mais ça n'assure pas sa place à Lokeren. Le gardien a connu quelques passages à vide la saison passée et Verhulst a été un bon remplaçant. Les deux hommes commencent la saison à égalité. Derrière, on opte à nouveau pour un quatuor en ligne, avec Maric et Scholz dans l'axe. Sur les flancs, normalement, Galitsios jouera à droite et le droitier Odoi à gauche, mais Henrique va lui faire concurrence. Le Brésilien a l'avantage d'être un véritable gaucher et de pouvoir atteindre la ligne adverse pour y délivrer des passes à Harbaoui. Si Henrique s'impose à gauche, Odoi deviendra un sérieux concurrent pour Galitsios de l'autre côté. Les autres options sont : le jeune Corryn, que l'arrivée d'Henrique risque de brider, et un autre gaucher, Mertens, qui peut également dépanner dans l'axe. Mingiedi ne semble pas avoir de place. Il est considéré comme un réel talent, issu de l'école des jeunes du club, mais il n'a pas été convaincant pendant la préparation. Persoons et Overmeire sont les piliers de l'équipe. Si l'un d'eux est indisponible, il est remplacé par Vanaken. Celui-ci a déjà prouvé la saison passée qu'il se tirait très bien d'affaire dans un poste plus en retrait. Au huit, Vanaken est évidemment plus présent dans le jeu. Sa technique de frappe est un atout sur les phases arrêtées. Trompet, qui n'a pas su s'imposer, aurait intérêt à être loué. Patosi et Dutra constituent des options au numéro dix. Quand ils évoluent sur les flancs, ils aiment de toute façon repiquer dans l'axe. Despotovic a été renvoyé avec la mention insuffisant. Seuls Dutra et le jeune Dessers, venu d'OHL, peuvent remplacer Harbaoui, l'avant-centre. Dessers est sans doute encore trop vert et Dutra a l'avantage d'apporter de la profondeur grâce à sa vitesse, quand Maes opte pour un autre système de jeu. Maes a l'embarras du choix sur les ailes : Remacle, Kaya, Patosi, Dutra, DePauw. Il ne compte plus sur l'Espagnol Balufo, loué à Ploiesti la saison passée. On s'attend à ce que De Pauw et Dutra soient alignés, respectivement à droite et à gauche, dans la mesure où leur jeu a plus de volume, y compris sur le plan défensif. Maes a toutefois remarqué que le trio Patosi-Dutra-Vanaken formait la meilleure combinaison sur le plan strictement footballistique. Remacle a brillamment commencé la saison passée, avant de se blesser. Depuis, il a du mal à revenir dans l'équipe, malgré son profil unique : il est quasi le seul à pouvoir réaliser une action à l'extérieur. Las, il participe trop peu à la récupération. Le Sporting Lokeren n'a cessé de progresser depuis quatre ans. Faire mieux semble irréaliste mais il peut confirmer. Toutefois, le départ de Vanaken ferait la différence entre le top et le subtop. Lokeren va vivre un premier grand moment fin août, en qualifications pour l'Europa League. Atteindre la phase par poules constitue une priorité absolue. C'est pour cela que la direction a investi dans ses infrastructures : des nouveaux sièges, davantage de places et un éclairage plus performant. C'est aussi pour ça que le président Lambrecht exige des sommes aussi élevées pour les joueurs convoités par d'autres formations.PAR MATTHIAS STOCKMANS