"Chez moi, quand on rompt le jeûne durant le ramadan on le fait en famille ", coupe directement Mustapha Oussalah. Les choses sont claires, le joueur courtraisien ne prend pas cette période de l'année à la légère.
...

"Chez moi, quand on rompt le jeûne durant le ramadan on le fait en famille ", coupe directement Mustapha Oussalah. Les choses sont claires, le joueur courtraisien ne prend pas cette période de l'année à la légère. En tout cas, ne pas pouvoir se nourrir ou même s'hydrater n'enlève rien à son punch ou à sa bonne humeur. À peine arrivé, qu'il nous l'annonce : " Pas de micro pas de chichi, tu es mon invité, tu fais comme chez toi. " Il n'est pas encore 21 h 15 et le repas est prévu pour 21 h 36 précises. " Enfin ça peut être un peu plus tard mais bon on ne traîne pas trop non plus. " À la maison, c'est sa femme, Joséphine, qui est aux fourneaux et si elle est d'origine sicilienne, sa belle-famille lui a enseigné l'art de la cuisine marocaine. L'heure fatidique se rapproche dangereusement et Mustapha nous invite déjà à nous préparer un croque-monsieur avec du pain marocain. Une tranche de fromage frais, du jambon. " Du jambon ? Mais t'es malade toi ! OK ça y ressemble mais c'est de la dinde. " Faire le ramadan en mangeant du halouf (porc) aurait été un comble. " D'ailleurs, je n'ai pas prévu de vin ", lance-t-il en éclatant de rire. 21 h 36 a enfin sonné et si nos estomacs criaient famine, Mustapha, lui, reste cool. Le fumet des toasts et des harira (soupes typiques du ramadan) a embaumé la pièce pendant que la petite famille finit les derniers préparatifs d'un repas qui s'annonce copieux. Notre hôte, essuie posé sur l'épaule comme un vrai cuistot, commence par s'enfiler une datte. " Toujours débuter par ça. " Il est temps de passer à table en ouvrant avec un sandwich et surtout avec une harira typiquement marocaine composée de haricots, de viande de boeuf et de légumes frais. Entre l'aspect du ragoût et celui du potage, le fumet qui s'en dégage ne donne qu'une seule envie : se ruer dessus. C'est d'ailleurs ce que fait Mustapha. Il n'a plus mangé depuis 24 heures et ça se sent. " Tu sais quoi ? ", nous injective-t-il. " La nourriture a meilleur goût quand tu t'es privé toute la journée. Et puis l'eau est devenue un plaisir. Je pourrais t'en boire 3 litres. " La nourriture, il pourrait s'en passer même si 3 séances d'entraînement sont au programme de sa journée. Par contre, il avoue avoir les oreilles qui sifflent lorsqu'un équipier craque une canette d'Aquarius à la fin d'un entraînement. La suite du repas consistera en des choses simples, telles que des roulades, des légumes ou des nuggets, dégustées dans la bonne humeur. Rayan, le fils aîné de la famille, s'assure que l'ambiance ne baisse pas d'un cran tandis que son petit frère, Yanis, dort sagement. Une bonne pêche bien sucrée servira de digestif pré-dessert. " Spécialité du bled ", dixit Oussalah qui nous amène un plateau complet de petits-fours marocains aux amendes et à la pistache. Un thé à la menthe servi à hauteur réglementaire conclura le repas. " Il ne faut pas être diabétique pour manger le dessert avec nous ", plaisante-t-il. " D'ailleurs, tu sais pourquoi je lève la théière en servant ? Pour que le thé mousse et donc pour prouver sa qualité. " Le thé a bel et bien moussé et a, à l'instar de notre hôte, prouvé sa qualité. PAR ROMAIN VAN DER PLUYM PHOTOS : IMAGEGLOBE" Il vaut mieux ne pas être diabétique. "