Le week-end dernier, le 135e derby de la Ruhr, opposant le Borussia Dortmund à Schalke 04, était placé sous le signe du redressement. Le VfL Wolfsburg, le précédent employeur de Felix Magath, avait vaincu celui-ci 2-1, mettant fin à une série de huit matches sans revers. La passivité de Schalke 04 avait été fustigée et l'entraîneur s'était défendu : " Le style de jeu actuel n'est pas le mien mais je ne peux malheureusement pas tout chambouler, faute d'avoir les joueurs requis. " L'excuse était un peu faible, surtout que Magath a adjoint pas moins de neuf footballeurs à son noyau en janvier.
...

Le week-end dernier, le 135e derby de la Ruhr, opposant le Borussia Dortmund à Schalke 04, était placé sous le signe du redressement. Le VfL Wolfsburg, le précédent employeur de Felix Magath, avait vaincu celui-ci 2-1, mettant fin à une série de huit matches sans revers. La passivité de Schalke 04 avait été fustigée et l'entraîneur s'était défendu : " Le style de jeu actuel n'est pas le mien mais je ne peux malheureusement pas tout chambouler, faute d'avoir les joueurs requis. " L'excuse était un peu faible, surtout que Magath a adjoint pas moins de neuf footballeurs à son noyau en janvier. Autre fait à épingler, si Kevin Kuranyi (27 ans) a sauvé l'honneur des Königsblauen face à Wolfsburg, il est resté muet contre le Borussia. Benedikt Höwedes et Ivan Rakitic s'en sont chargés. Pourtant, Kuranyi détient la forme de sa vie. L'attaquant à l'allure parfois flegmatique a inscrit douze buts en 23 matches de Bundesliga cette saison. Les observateurs estiment que l'international (52 sélections) mérite même une nouvelle chance en équipe nationale. Kuranyi semble en bonne voie d'établir un record personnel : s'il inscrit encore trois buts cette saison, il atteindra le cap des quinze buts. Or, jamais encore en huit saisons il n'avait marqué davantage. Magath a déjà lancé un défi à son poulain en affirmant qu'il était capable d'atteindre la barre des vingt goals. Ce n'est pas un hasard si Kuranyi renaît de ses cendres. Il a effectué ses débuts au VfB Stuttgart durant la saison 2001-2002, sous la férule de Magath. Il a ensuite connu des hauts et des bas mais jamais il n'a été aussi affûté depuis son arrivée à Gelsenkirchen en 2005, grâce à la dureté des entraînements physiques de Qualix. Malgré ses performances, son avenir à Schalke 04 est incertain. Il est en fin de contrat mais il gagne 3,8 millions d'euros par an dans un club qui a dû vendre des parts de son stade en novembre pour conserver sa licence. Schalke 04 ne pourrait le conserver que s'il se qualifiait pour la Ligue des Champions. AARON HUNT (23 ans), un avant en fin de contrat au Werder Brême, rempile jusqu'en 2014. Le gardien Sebastian Mielitz (20 ans) reste jusqu'en 2012. RALF MINGE (49 ans), un ancien pro, est embauché comme sélectionneur des -20 ans jusqu'en 2012. OLA NIKOLOV (35 ans), le gardien macédonien de l'Eintracht Francfort, prolonge jusqu'en 2012. DIETER HOENESS (54 ans), le nouveau patron du VfL Wolfsburg, a effectué sa première emplette estivale : il a transféré l'international junior suisse Nassim Ben Khalifa (18 ans), un avant des Grasshoppers, jusqu'en 2014, pour 2,5 millions d'euros. SEBASTIAN KEHL (30 ans), qui n'a plus joué pour Dortmund depuis mai 2009 en raison de plusieurs opérations à l'aine, a fêté son retour. Le défenseur Mats Hummels (21 ans) s'est fracturé la mâchoire et est indisponible pour six semaines. LEVERKUSEN a égalé un record en restant invaincu 23 journées de suite. Il égale le record du Bayern, qui datait de la saison 1988-1989. Le point commun ? Les deux fois, l'entraîneur était un certain Jupp Heynckes. LE VfB STUTTGART a enrôlé jusqu'en 2014 le défenseur Georg Niedermeier (23 ans), que lui louait le Bayern. URS SIEGENTHALER (62 ans), l'ancien professionnel suisse, devient cet été le directeur technique du HSV, pour trois saisons. L'EINTRACHT TRIER (D4) a limogé son entraîneur, Mario Basler (41 ans), ancien international en poste depuis septembre 2008, alors qu'il avait mené l'équipe en huitièmes de la Coupe. Le revers 0-3 contre Düsseldorf II et une décevante treizième place ont été fatals à Super Mario. FRÉDÉRIC VANHEULE