Les premières pistes de curling ont été inaugurées tout récemment en Belgique dans le Brabant flamand. À choisir, tu serais plus curling au printemps dans le BF ou saut à ski en été au signal de Botrange ?

Aurélien Joachim : Sérieux, qui a inventé le curling ? Les footballeurs, on n'est pas trop ski en général, mais là, quand même, je n'ai pas trop le choix parce que le curling, à part pour faire la sieste pendant les JO, ce n'est vraiment pas possible.
...

Aurélien Joachim : Sérieux, qui a inventé le curling ? Les footballeurs, on n'est pas trop ski en général, mais là, quand même, je n'ai pas trop le choix parce que le curling, à part pour faire la sieste pendant les JO, ce n'est vraiment pas possible. Joachim : Eh bien, figure-toi que c'était il y a trois ans et que ma compagne que j'ai rencontrée sur Tinder attend aujourd'hui une petite fille. Ça reste mon dernier match en date, mais ce n'était pas mon premier hein (rires) ! Je pense même que Tinder a été créé pour les footballeurs à la base. Franchement, ce n'est pas toujours facile de rencontrer quelqu'un quand on est à l'étranger, qu'on vit seul...Moi, je jouais à Waalwijk, je vivais à Tilburg, j'étais seul et puis Tinder est arrivé dans ma vie. Une révolution qui va bientôt me permettre d'être papa. C'est beau quand même ? Joachim : Là aussi, tu vises juste puisque c'était il y a un an et que je suis, depuis, devenu végétarien. J'ai eu une prise de conscience après avoir vu le documentaire " Food matters " sur Netflix. Ça a changé ma vision des choses. On m'a longtemps répété qu'un sportif avait besoin de protéines et donc de viande pour être en forme, je peux te dire qu'un an après avoir arrêté, je ne me sens pas moins bien, que du contraire. Joachim : Donald Trump, t'as vu la tête qu'il se paye ? Et sa mèche, non sérieux, lui ce ne serait pas possible ! Pour son physique déjà, mais surtout pour la personne qu'il est. Je ne supporte pas les politiciens qui surfent sur la misère des gens et l'insécurité pour se faire élire. Joachim : Un jour, un journaliste luxembourgeois est venu me voir à Sofia quand je jouais pour le CSKA et il a pondu dans la foulée un sujet à charge sur le club, l'accusant notamment de se faire de l'argent sur le dos des joueurs. J'ai failli me faire virer par mon président parce qu'il pensait que c'était moi qui étais à la base des révélations alors qu'il n'en était rien. En vérité, le journaliste avait fait son travail correctement, mais je n'avais juste aucun rapport avec cette histoire. Joachim : C'est surtout le règne absolu de l'hypocrisie. Je me demande bien ce que l'Arabie saoudite a promis à tous ces pays en échange de leur vote. Peut-être qu'on paiera notre essence moins cher à l'avenir ? Martin Grimberghs