Entre ses voyages à Monaco et en Afrique, JackyIckx n'est pas facile à coincer. Mais une fois qu'il vous ouvre sa porte, l'homme devient intarissable. Il a beau avoir tout gagné et faire partie de la race des champions qui ne naissent que tous les vingt-cinq ans, l'humilité se lit sur son visage. Il a vite fait de vous mettre à l'aise. Les cheveux en bataille, il a revêtu un training car, assure-t-il, " je vais aller faire un peu de sport après notre interview ". Mais il ne comptera pas son temps. Loin de là même. Jacky Ickx est un grand monsieur parce qu'il a beau avoir un palmarès long comme le bras, il préfère s'assurer du bien-être de son auditeur que de se mettre en avant. " Je n'ai jamais aimé parler de moi. C'est peut-être pour ça que je me suis rarement attardé sur tous mes succès. Vous savez, je regarde devant moi, pas derrière. " Il concédera quand même " être fier d'avoir fait rêver les gens à travers le petit écran car donner du rêve et des belles images est ce qu'il y a de plus beau. "
...

Entre ses voyages à Monaco et en Afrique, JackyIckx n'est pas facile à coincer. Mais une fois qu'il vous ouvre sa porte, l'homme devient intarissable. Il a beau avoir tout gagné et faire partie de la race des champions qui ne naissent que tous les vingt-cinq ans, l'humilité se lit sur son visage. Il a vite fait de vous mettre à l'aise. Les cheveux en bataille, il a revêtu un training car, assure-t-il, " je vais aller faire un peu de sport après notre interview ". Mais il ne comptera pas son temps. Loin de là même. Jacky Ickx est un grand monsieur parce qu'il a beau avoir un palmarès long comme le bras, il préfère s'assurer du bien-être de son auditeur que de se mettre en avant. " Je n'ai jamais aimé parler de moi. C'est peut-être pour ça que je me suis rarement attardé sur tous mes succès. Vous savez, je regarde devant moi, pas derrière. " Il concédera quand même " être fier d'avoir fait rêver les gens à travers le petit écran car donner du rêve et des belles images est ce qu'il y a de plus beau. " Pour le reste, faire parler Jacky Ickx de lui-même est un vrai challenge pour le journaliste. Car il aspire davantage à faire passer son amour pour l'Afrique et sa joie de profiter de chaque instant de la vie. Il n'y a pas à dire, Jacky Ickx est d'une humilité déconcertante. Un homme de classe. Dont le nom est d'abord associé au Paris-Dakar qu'il a remporté il y a tout juste trente ans avec ClaudeBrasseur, l'acteur français, comme copilote. " Ma carrière automobile a été longue et éclectique, riche aussi en termes de résultats. Je sais qu'elle devrait évoquer chez moi des souvenirs forts au niveau sportif. Mais la curiosité, c'est que je ne place aucune de ces victoires comme les événements les plus importants de mon existence. Non, pour moi, le Dakar a été le révélateur d'une autre dimension. Il m'a ouvert d'autres horizons et permis de découvrir un autre univers, moins restreint que celui de la piste ou de la F1. Au Dakar, tu ne peux pas tricher. Ce n'est plus " me, myself and I " mais tu es face à un défi humain qui passe par les autres peuples, dont tu as parfois besoin et que tu apprends à aimer. Alors oui, avoir gagné cette épreuve reste quelque chose de spécial mais beaucoup moins que toutes les rencontres qu'elle m'a permis de faire. Le Dakar rend humble. Aujourd'hui, il n'a plus lieu en Afrique Centrale et je pense que ce ne sera plus jamais le cas. Mais pour les Sud-Américains, le Dakar est en train de devenir grandiose. En Amérique du Sud comme en Afrique, cette épreuve est faite d'espaces...inhospitaliers, où il n'est pas facile de vivre. La condition du pilote, quel qu'il soit, est très relative. Donc, on y apprend l'humilité. " Jacky Ickx, marié aujourd'hui à la chanteuse KhadjaNin, avoue d'ailleurs que l'Afrique le fascine. Il a fait construire des puits au milieu des déserts. " Pouvoir permettre à des gens d'avoir de l'eau est une plus grande victoire que celle que l'on peut conquérir lors d'un GP, non ? " Son premier puits, il avait pu le construire en 1989 lorsque le patron de Peugeot lui avait demandé ce qui lui ferait plaisir après que la victoire dans l'épreuve africaine fut attribuée, à pile ou face, à son équipier AriVatanen. " Je n'étais pas plus frustré que cela. Il y a un moment, tu dois savoir ce qui compte. Or les intérêts de l'équipe primaient. Et puis, on n'allait quand même pas prendre des risques totalement inconsidérés, hein ! " Aujourd'hui, il n'hésite pas à dire que " pouvoir aider les gens en Afrique constitue ma plus belle récompense ". " L'Afrique m'a tellement procuré de bonheur qu'il est logique que je me dévoue pour ce continent. " Il n'empêche que Jacky Ickx a la particularité d'avoir brillé dans toutes les épreuves qu'il a disputées. Y compris en F1. Il la découvre à 22 ans à peine chez Ferrari. Rien que ça ! " J'étais un peu l'exception qui confirmait la règle. A l'époque, on confiait généralement les volants à des pilotes expérimentés. Or moi je n'avais que 22 ans ! Aujourd'hui, on va beaucoup plus facilement chercher des gars de vingt ans en leur demandant d'être champions du monde. C'est totalement différent. En fait, avec du recul, je me dis que, pour entrer en F1 à 22 ans, il fallait de la chance bien sûr mais aussi avoir gagné pas mal de courses. C'est un peu comme quelqu'un qui doit obtenir une grande distinction à l'université pour être engagé par une entreprise. Or j'ai eu la chance d'obtenir des bons résultats très tôt. Je suis un peu sorti de la norme. Je souris quand je parle de ça parce que lorsque j'étais adolescent, tout le monde se demandait ce que j'allais bien pouvoir faire une fois adulte. Je n'étais pas destiné à être pilote. Comme quoi... Mais à 22 ans, tu n'as peur de rien et tu es sûr de toi. Regardez-les aujourd'hui ! J'étais désinvolte et j'avais le sentiment que tout ce qui m'arrivait était normal. " L'éclectisme, l'une de ses principales qualités, lui a permis de comparer les différentes disciplines. " Je répète que je n'aime pas parler du passé. Ce n'était pas forcément mieux avant. Je suis sûr que les pilotes prennent leur pied comme nous le prenions. Mais avec du recul, je me rends compte que votre palmarès ne dépend pas que de vous mais qu'un tas de facteurs interviennent. C'est un peu votre destin et vous n'en êtes pas maître. " C'est peut-être parce qu'il a très tôt pris conscience de cette réalité que Jacky Ickx a brillé au volant de sa F1. " Si je reviens sur mon parcours en F1, je me dis que j'ai fait des choix, des bons et des moins judicieux. Mais, au final, mes résultats dépendaient aussi des autres. La F1, c'est toute une équipe, dont beaucoup d'anonymes. Bien sûr, il y a des champions mais la mission d'un pilote est souvent de mener à bien la finition car tout le travail en amont a déjà été fait. Bien sûr, la chance joue un rôle mais tu en as davantage si tu es dans telle voiture plutôt que dans telle autre. Ce n'est pas négatif, c'est la réalité. " N'allez pas croire que Jacky Ickx n'aime plus la F1. Loin de là. " Je reste un passionné de tous les sports et de l'automobilisme plus particulièrement. Et je trouve le plateau de F1 très intéressant. Ils sont tous jeunes et n'ont pas froid aux yeux. Quand je vois ce que réalise SébastianVettel, je me dis que c'est remarquable. Mais parviendra-t-il à égaler le record de MichaelSchumacher ? C'est impossible à dire. Il ne roulera pas forcément toujours dans la meilleure voiture du circuit. Et qui vous dit qu'il ne se lassera pas dans cinq ans ? La pression qui repose sur ses épaules est énorme. " C'est justement pourquoi Jacky Ickx voue une véritable admiration à Michael Schumacher. " Schumi est unique. Il dure plus longtemps que n'importe qui. Cela fait vingt ans qu'il est là et il ne s'est jamais lassé. Normalement, la F1, ça use et détruit physiquement. Du coup, les pilotes s'en vont fatigués. Lui, il n'en a jamais eu assez. Il a roulé pour la Dream Team. Il a tout gagné et est très riche. Malgré cela, il revient. Pour le challenge. Et il est à la bagarre avec les autres. Il n'a jamais été ridicule. Chapeau ! Il fait partie des champions hors-norme comme les Ali, Pelé, Merckx... " Ickx omet volontairement de s'inclure dans cette catégorie. Pourtant, il le sait, les jeunes pilotes belges le placent sur un piédestal. Reste qu'il dresse un constat surprenant de lui-même. " Je ne peux pas dire que j'ai connu la meilleure époque du sport automobile. Mais ce fut assurément la meilleure pour moi. Celle qui me correspondait le mieux. Si j'étais né plus tard, je n'aurais pas obtenu les mêmes résultats. C'est simple, je crois que je ne serais pas bon aujourd'hui. J'ai toujours éprouvé des difficultés à passer trois jours à faire des essais, à rouler six cents tours de piste sur la piste privée de Ferrari. Il faut penser à la F1 du matin au soir, ne rien faire d'autre. J'en serais incapable, mon champ de vision est plus ouvert. " Certes mais notre compatriote connaît parfaitement les ingrédients qui composent un bon pilote. " Il est évident qu'il faut deux personnalités différentes. L'une dans la vie de tous les jours et une autre, dès qu'on enfile la combinaison et le casque. Là, il faut des qualités qui sont des défauts dans la vie de tous les jours, à savoir de l'individualisme et de l'égoïsme. Il ne faut penser qu'à soi et ne pas faire de politesse aux rivaux. Il faut se transformer dès qu'on prend le volant de sa voiture. Avoir été un point de repère pour certains et leur avoir procuré des joies inoubliables est mon plus grand plaisir . " Chagriné, Jacky Ickx l'est un peu quand on parle des pilotes belges. Comme tout le monde, il aimerait en voir en F1 mais se montre très réaliste. " Quand je regarde toute la campagne de pub qu'ont fait les journaux pour JérômeD'Ambrosio, je me dis que ça va être difficile pour lui de revenir sur le devant de la scène. Que voulez-vous ? Actuellement, si tu n'as pas de grands moyens financiers et que tu ne gagnes pas les courses auxquelles tu prends part, tu n'as aucune chance de t'ouvrir les portes de la F1. Je sais que le RACB pousse le jeune VanDoorne mais, avec la crise, les sponsors font plus attention, même en F1. " Une discipline où les écarts sont minimes et où certains n'hésitent pas à prendre d'énormes risques. " C'est normal, la pression est énorme. Moi, je peux dire que je suis un privilégié parce que je ne me suis pas fait mal. Je sais que c'est une grande chance. Un ange gardien a toujours veillé sur moi. Pourtant, je n'ai jamais roulé avec le pied sur le frein. Si tu fais cela, autant arrêter tout de suite. Mais quand tu sens que c'est le moment de stopper les frais, tu dois le faire. " A 68 ans, Jacky Ickx, tout heureux que la situation politique soit bien meilleure au Mali - un pays auquel il est très attaché - depuis l'intervention de FrançoisHollande, le Président de la France, continue à vivre à cent à l'heure. Mais avant tout pour les autres. " Je donne tout ce que je peux à l'Afrique ". Et il attend aussi avec impatience le début de la saison de F1.PAR DAVID LEHAIRE" Michael Schumacher fait partie des champions hors-norme, comme Ali, Pelé et Merckx. " " Avoir été un point de repère pour certains est mon plus grand plaisir. "