On a beau être la vedette d'une équipe et présenter de brillantes statistiques, on s'expose à des problèmes si on arrive trois fois en retard à l'entraînement et qu'on effectue en sus un enregistrement avec le free styler Sean Garnier, alors que c'était interdit. Peter Bosz, l'entraîneur néerlandais du Borussia Dortmund, n'a donc pas hésité à sanctionner son meilleur but...

On a beau être la vedette d'une équipe et présenter de brillantes statistiques, on s'expose à des problèmes si on arrive trois fois en retard à l'entraînement et qu'on effectue en sus un enregistrement avec le free styler Sean Garnier, alors que c'était interdit. Peter Bosz, l'entraîneur néerlandais du Borussia Dortmund, n'a donc pas hésité à sanctionner son meilleur buteur, Pierre-Emerick Aubameyang (28 ans), pour le match contre le VfB Stuttgart. D'après le Kicker, le Gabonais est arrivé avec une demi-heure de retard à la séance de jeudi, destinée à préparer le match. Bosz a donc suspendu l'avant, auteur de dix buts cette saison, après en avoir déjà inscrit 31 la saison passée. Le retard de jeudi a été la goutte de trop, après de multiples avertissements. L'international gabonais, lié au Borussia jusqu'en 2020, retombe dans ses travers. Il y a un an, l'entraîneur d'alors, Thomas Tuchel, lui avait déjà infligé une suspension identique pour la même raison. C'était en Ligue des Champions, contre le Sporting CP. Le flamboyant Aubameyang s'était octroyé une sortie de shopping à Milan, contre l'avis du staff technique. " A cette époque, j'avais compris la punition car je n'avais pas respecté les consignes ", a réagi l'attaquant, laconique, dans les colonnes du quotidien Bild. " Mais cette fois, je n'y comprends rien car je n'avais pas du tout l'intention d'arriver en retard. " L'incident s'explique aussi par l'ambiance qui règne au Borussia Dortmund. L'équipe n'a pris qu'un point lors des cinq derniers matches, galvaudant l'avance prise durant un début de saison offensif et spectaculaire. Aubameyang, privé de but depuis 476 minutes de jeu, essaie-t-il de forcer son départ au mois de janvier ? Ce n'est pas exclu car pendant la trêve internationale, il a rendu visite à son ami Ousmane Dembélé à Barcelone. Affaire à suivre. FRÉDÉRIC VANHEULE