Des signes que Michel Preud'homme n'a pas coupé le cordon avec le Club Bruges, on en a eu quelques-uns dimanche soir. MPH n'a pas exulté comme il sait le faire quand le Standard a marqué ses buts. MPH a salué l'un ou l'autre employé brugeois en salle de presse après le match. MPH a fait la bise à Ivan Leko, etc...
...

Des signes que Michel Preud'homme n'a pas coupé le cordon avec le Club Bruges, on en a eu quelques-uns dimanche soir. MPH n'a pas exulté comme il sait le faire quand le Standard a marqué ses buts. MPH a salué l'un ou l'autre employé brugeois en salle de presse après le match. MPH a fait la bise à Ivan Leko, etc... En parlant de Leko... Il a été confronté à une question délicate après avoir dit que son équipe avait besoin d'être à 100 % physiquement et dans l'engagement pour bien négocier ses affiches : " Y a-t-il plus de talent au Standard qu'à Bruges ? " Il a botté en touche, lâchant une réponse qui n'en était pas une. Des analystes comme Marc Degryse et Philippe Albert pointent le fait que ce gros match rouche, dans le timing, n'est pas un hasard. Ils soulignent que le groupe a eu besoin de temps pour assimiler la méthode et les idées tactiques du nouveau coach. Aujourd'hui, ça semble fait. Ce qui est frappant quand on analyse les compos d'équipes depuis le début du championnat, c'est que Preud'homme fait à présent confiance au team qui a survolé les play-offs. On pensait que cette équipe allait peut-être profiter d'une injection de qualité avec l'un ou l'autre joueur arrivé pendant l'été. Certains ne peuvent pas encore faire l'objet d'un premier bilan parce qu'ils ont été ou sont toujours freinés par des blessures. D'autres sont physiquement aptes mais ont peu de temps de jeu. Le Standard a fait venir cinq nouveaux joueurs, mais aucun d'entre eux n'a encore pu marquer des points, à l'exception de Samuël Bastien qui a montré l'une ou l'autre bonne chose lors des premiers matches. SennaMiangue, Maxime Lestienne, Obbi Oulare, Orlando Sá, c'est essentiellement du temps passé à l'infirmerie et sur le banc. Le cas le plus marquant est celui de Sá. Il a autrefois été un des attaquants les plus efficaces (en ratio temps de jeu / buts) du championnat, mais aujourd'hui, on comprend que son escapade de quelques mois en Chine a fait fortement baisser son niveau physique. Il est monté quelques fois au jeu mais on n'a pas encore revu le tueur qu'il était lors de son premier passage au Standard. Après l'un ou l'autre essai, c'est donc sur l'équipe de la saison dernière que Michel Preud'homme capitalise aujourd'hui. " On a été critiqués mais on a continué à travailler de la même façon ", a lâché le coach dimanche. " On commence à se connaître. Ce soir, certains joueurs ont fait des mouvements qui n'avaient pas été répétés spécifiquement pour ce match mais qui l'avaient été plus tôt dans la saison. Ça veut dire que ces mouvements, ils les ont assimilés et gardés en mémoire. On vient de sortir un tout gros match quelques jours après un rendez-vous européen. Ça veut dire que quand l'esprit le veut, le corps est capable de le faire. " En mai, Ivan Leko tout juste couronné champion, était hilare en quittant le même stade. Il lançait : " Et maintenant, tirer le Real en Ligue des Champions. " Ce week-end, c'est un chien battu qui est remonté dans le car...