Le week-end dernier, on a failli bien voir entrer un combi blanc avec sirène hurlante sur un terrain de Flandre pour embarquer l'un ou l'autre joueur étranger ne possédant pas de permis de travail. Ç'aurait été la dernière blague belge qui aurait fait bêler Thierry Roland sur Telefoot jusqu'à ce que mort s'ensuive.
...

Le week-end dernier, on a failli bien voir entrer un combi blanc avec sirène hurlante sur un terrain de Flandre pour embarquer l'un ou l'autre joueur étranger ne possédant pas de permis de travail. Ç'aurait été la dernière blague belge qui aurait fait bêler Thierry Roland sur Telefoot jusqu'à ce que mort s'ensuive. Heureusement, l'inspection du travail de la Communauté flamande n'est pas allée jusque-là! Elle a établi avant la journée de championnat quels étaient les joueurs et clubs flamands pas en ordre avec la législation du travail (*). Procès-verbal a été établi par le ministre flamand responsable, Renaat Landuyt, qui établira le montant des amendes à payer. Ce sera la seule mesure administrative envisageable. Les joueurs ne seront pas inquiétés. On ne va pas les reconduire à la frontière, les placer dans un centre fermé pour demandeurs d'asile ou les fourrer dans un avion à Zaventem. L'Union belge de football a bien dû constater que l'accord conclu en son temps avec le ministre de la justice Louis Tobback ne tenait plus la distance dans la Belgique de 2001. Il n'avait été question alors que du permis de séjour concernant les joueurs extra-européens qui devaient être en ordre par rapport au registre des étrangers, pas du permis de travail. L'Union belge était inadaptée, voire hors-la-loi. Maintenant qu'on peut s'attendre à des révélations identiques de l'autre côté de la frontière linguistique et à Bruxelles, Alain Courtois a couru derrière les événements pour obtenir des rendez-vous avec la ministre du travail de la Communauté française Maria Arena et le Bruxellois François-Xavier de Donnea. Afin que tout se règle pareillement qu'en Flandre. "Pour la saison prochaine, tout joueur professionnel devra avoir un permis de travail (un contrat en bonne et due forme authentifié par la commune de résidence) et un permis de séjour pour obtenir sa licence", dit Courtois. "Les clubs qui ne seront pas en règle perdront leur statut mais cette saison, il n'y aura pas de sanction sportive à l'égard des clubs non en ordre. Nous allons uniquement veiller à ce que la situation des joueurs cités soit régularisée". Faut-il s'offusquer de cette histoire avec la dernière énergie? Elle nous semble moins grave que celle des faux passeports des championnats de France et d'Italie. Mais il est quand même incroyable qu'un joueur professionnel puisse exercer son métier dans notre pays sans qu'on s'inquiète de ses moyens de subsistance.Et on rigole quand les clubs n'ayant pas fourni de permis de travail à leurs joueurs arguent d'erreurs administratives. Ils voulaient cacher des paiements au noir, point. Bref, il en va surtout de l'intérêt des joueurs d'être totalement en ordre et on doit se réjouir que ce problème soit apparu à la lumière du jour. Car parallèlement, l'inspection flamande du travail a remis à l'Union belge une liste d'une quarantaine d'agents de joueurs dont une majorité ne sont pas reconnus par la Communauté flamande. Des gens qui sont normalement là pour protéger leurs joueurs des erreurs des clubs...Face à cet autre problème, Courtois a l'idée de lancer un ordre des agents sportifs en Belgique "comme celui des chasseurs de têtes afin qu'ils soient tous soumis aux même règlements nationaux et ne profitent pas de l'impunité civile laissée par le règlement FIFA. Cela éviterait que des clubs flamands soient embêtés par des managers wallons... car la profession est réglementée en Flandre et pas en Wallonie".Existe-t-il -enfin- une volonté de transparence au sein de l'Union belge?(*) : Genk (avec l'Australien Skoko et le Nigérian Kaku), l'Antwerp (les Sud-Coréens Rok, Kim, Do et Chio et le Belarus Shtaniuk), Alost (le Congolais Dimbala, le Serbe Stojak, le Brésilien De Oliveira et le Géorgien Lakobia), le GBA (le Sud-Africain Mokuna), le Lierse (le Brésilien Carlos Alberto, l'Australien Spiteri et le Russe Veretennikov), Westerlo (le Polonais Rudy et le Brésilien Dos Santos), Harelbeke (le Croate Rosandic). John Baete