Sport d'équipe, le foot échappe pourtant de moins en moins aux statistiques individuelles, censées jauger l'apport de chaque individu au collectif. Quand j'étais petit, seul existait le classement des buteurs. Injuste parce qu'il mettait l'accent et la gloriole sur des gars dépendant de leurs partenaires, inévitable tant le but marqué est le suc du jeu... et le buteur l'auteur du suc ! Aujourd'hui et tant mieux pour eux, des stats soulignent l'apport des autres joueurs : temps de jeu, passes réussies/ratées, kilomètres parcourus, passes décisives...
...

Sport d'équipe, le foot échappe pourtant de moins en moins aux statistiques individuelles, censées jauger l'apport de chaque individu au collectif. Quand j'étais petit, seul existait le classement des buteurs. Injuste parce qu'il mettait l'accent et la gloriole sur des gars dépendant de leurs partenaires, inévitable tant le but marqué est le suc du jeu... et le buteur l'auteur du suc ! Aujourd'hui et tant mieux pour eux, des stats soulignent l'apport des autres joueurs : temps de jeu, passes réussies/ratées, kilomètres parcourus, passes décisives... Passe décisive ou assist ? Débat d'appellation chez les statisticiens, oscillant de l'école rigoriste à l'école prodigue ! Mais quel que soit le terme utilisé, il ne correspond pas à un comptage unanime : journaliste ou organisateur de compétition, chacun intègre ou pas dans son classement tel ou tel aidant préalable selon l'idée qu'il se fait d'une construction de but... et Dieu sait que le foot est interprétable ! Le statisticien Claude Henrot m'a expliqué qu'en cas d'égalité, le meilleur buteur de notre Ligue pro serait désigné s'il a davantage marqué à l'extérieur, ou si son temps de jeu est inférieur, ou à défaut s'il comptabilise davantage d'assists :... assists que la Ligue pro ne définit pas. Hello boxon si on en arrive là ! Les partisans de la passe décisive sont davantage des puristes. Exemple récent et parfait : la passe de Wayne Rooney à Ryan Giggs pour le 0-1 à Schalke. Pour qu'il y ait comptabilisation, il faut qu'il y ait passe, que cette passe soit volontaire donc altruiste, et qu'elle permette au buteur de buter rapidement. Car plus le buteur doit encore dribbler, plus l'aide préalable n'aura guère été décisive, remember la chevauchée de Diego Maradona contre l'Angleterre en 1986 : pas question de qualifier de décisive la passe de départ de l'équipier aujourd'hui oublié (NDLR : JoséCuciuffo) ! Mais inversement, plus la passe est décisive, plus l'action préalable est sophistiquée, plus le passeur s'est tapé le boulot, moins le buteur a de mérite puisqu'il n'a plus parfois qu'à pousser la balle au fond. On n'imagine pourtant pas que pareil but, parce que trop facile, ne serait pas répertorié à un classement de buteurs. Alors, pourquoi cette plus grande sélectivité pour l'assistant du buteur que pour le buteur ? ! Aussi, à l'opposé, les partisans de l' assist pensent-ils que seul un but peut être qualifié de décisif, et que tout le reste est littérature ! Mieux vaut dès lors répertorier davantage de situations récompensant le partenaire méritant, ayant fourni juste avant au buteur l' assistance sans laquelle il n'aurait pas buté... il y en a forcément une ! L'assist ne doit pas alors être une passe volontaire, ni même une passe tout court. Ça peut être le tir repoussé par le gardien avant le tir du buteur victorieux. Ou le fait d'avoir provoqué coup franc ou penalty converti ensuite. Ou la frappe pas cadrée du tout, mais déviée dans le but par un adversaire. Ou le centre balancé dans le paquet, même si le pote qui marque n'a pas été volontairement visé. Ça peut être une feinte sans même toucher le ballon, du style je déstabilise la défense en laissant passer le ballon entre mes jambes, grâce à quoi le but est ouvert pour le partenaire. Et ça pourrait même précéder une chevauchée à la Maradona : car si je me défonce pour arracher brillamment le ballon à l'adversaire avant de le céder bêtement à Diego qui réalisera son exploit individuel, pourquoi n'aurais-je pas moi aussi droit à un assist ? J'ai été à la base du but, non ? Et même si le but résulte d'une grosse passe gaffeuse d'un adversaire, quelqu'un a pressé et poussé à la gaffe, non ? J'avoue, je suis pour distribuer autant d'assists que de buts. Même que l'assistant du buteur peut fort bien être le buteur ! Car s'il arrache le ballon lui-même avant son slalom victorieux, s'il se fait justice sur coup franc ou péno après s'être fait faucher, s'il presse lui-même et pousse l'opposant à la faute, il mérite de figurer dans les deux classements ! Je sais, tout le monde n'est pas d'accord, même qu'un copain m'a lâché en ricanant : " Tant que tu y es, si le gardien repousse mon péno mal botté, mais qu'un de mes équipiers met ensuite la balle au fond, file-moi un assist, hein ! " J'admets. Passe décisive ou pas, l'assist ne fera jamais l'unanimité... PAR BERNARD JEUNEJEANHello boxon, si on doit recourir au nombre d'assists pour désigner le meilleur buteur du championnat !