" A Westerlo, on assistera peut-être à une des dernières apparitions d'Aruna Dindane en Belgique à partir du moment où son président Roger Vanden Stock a clairement dit qu'il allait partir au prochain mercato. Dindane n'a pas eu la vie facile à Anderlecht dernièrement. Il se faisait critiquer par le public et la presse, et j'étais toujours très étonné parce que pour moi, il avait toujours ses qualités exceptionnelles de vitesse, de technique, d'improvisation, de puissance... Il était devenu une icône de notre cha...

" A Westerlo, on assistera peut-être à une des dernières apparitions d'Aruna Dindane en Belgique à partir du moment où son président Roger Vanden Stock a clairement dit qu'il allait partir au prochain mercato. Dindane n'a pas eu la vie facile à Anderlecht dernièrement. Il se faisait critiquer par le public et la presse, et j'étais toujours très étonné parce que pour moi, il avait toujours ses qualités exceptionnelles de vitesse, de technique, d'improvisation, de puissance... Il était devenu une icône de notre championnat et puis, tout à coup, il n'était plus assez bon. Comme si, quand il ne jouait pas un match génial mais tout simplement bon, il décevait profondément. Mais pour moi, il a toujours été valable. D'ailleurs, on a tenu à jour toutes ses statistiques sur son importance dans la division offensive des Mauves et il était toujours omniprésent. On attendait trop de lui dans une équipe friable en défense et mal organisée, c'est out. Mais Dindane est resté Dindane : capable de réussir des choses très difficiles et de rater des choses simples. C'est le regard des gens qui a changé. C'est donc normal qu'il recherche un autre challenge. Je ne sais pas si un club sera capable de payer les 8 millions d'euros demandés par Anderlecht mais on va trouver une solution. Peut-être pas dans un grand club anglais comme Manchester ou Arsenal, qui ont des noyaux énormes en qualité. Mais la rumeur le porte vers la France. Pas seulement du côté de Saint-Etienne où joue son copain Didier Zokora mais on parle aussi de Lyon et de Bordeaux. La France constituerait une excellente étape pour lui parce qu'il a encore une marge de progression intéressante. Je fais le parallèle avec Didier Drogba qui est son coéquipier d'attaque en équipe de Côte-d'Ivoire et qui a bien travaillé en France avant de briller à Chelsea. C'est cela qui doit encore se passer pour Dindane : du travail. Une des grosses questions qu'on se pose à son égard est de savoir quelle est sa meilleure place en attaque. On dit aussi qu'il ne sent pas assez le jeu collectif mais on pourrait commencer par le lui expliquer à fond. Ou alors prendre un axe différent et mettre sur pied des schémas pouvant mettre ses qualités en valeur. Pour l'instant, il est resté le diamant brut qu'il était : il va au contact et se débrouille pour provoquer la rupture. Dans sa mentalité, il est très collectif et très sympa avec les autres, mais c'est vrai que quand on le voit, on peut se dire qu'il se crée surtout de l'espace pour lui... Mais je le répète : sa marge de progression reste très importante ".Jean-François Remy