Limpide, ce titre! Non? C'est quand même évident! Il résume l'EURO de nos Diables. Deux points d'exclamation en forme de certitudes. Un derrière, Courtois, un devant, Lukaku. Entre les deux, que des points d'interrogation en forme d'incertitudes. Voilà à quoi ressemble, selon moi, l'avant, le pendant et l'après-compétition.
...

Limpide, ce titre! Non? C'est quand même évident! Il résume l'EURO de nos Diables. Deux points d'exclamation en forme de certitudes. Un derrière, Courtois, un devant, Lukaku. Entre les deux, que des points d'interrogation en forme d'incertitudes. Voilà à quoi ressemble, selon moi, l'avant, le pendant et l'après-compétition. Incertitudes quant à nos "vieux" derrière. Trop lents? Vermaelen, blessé ou pas? Hazard, De Bruyne, Witsel, rétablis ou pas? Ils le furent, mais arriva la deuxième question: dans quel état? Et puis la troisième: vont-ils tenir la distance? On a les réponses. Et puis Tielemans: aura-t-il digéré son année à 72 matches? On a eu la réponse. Et Carrasco: pointure "new Eden" ou pas? On a eu la réponse. Et puis il y a eu la certitude, devenue en 27 minutes une désolation. Timothy Castagne, devait être le "plus" par rapport à la Coupe du monde. Un tampon russe en a fait le symbole de la révolution brisée avant l'ébauche de la révolte. On pointera quand même Thorgan, qui est sorti de l'ombre pour briller le temps de quelques fulgurances. Pour le reste, comme à chaque fois, nos Belges nous ont offert quelques moments de grâce. Telles ces vingt minutes contre le Danemark. De Bruyne monte au jeu et tout s'éclaire. Le serrurier nous ramène les clés sur le terrain. Notre jeu retrouve des ouvertures. Flamboyant. Tellement que définitivement, Kevin De Bruyne se prononcera désormais et à jamais: Kevin "The Brain". On se consolera en constatant qu'on a été éliminés par le vainqueur. Et ce, d'un seul but d'écart en ayant eu les possibilités d'égaliser. Par respect pour les épatants Transalpins, on ajoutera que dans le jeu, y avait pas photo entre les deux équipes. Les certitudes individuelles et collectives étaient italiennes. Quel magnifique champion d'Europe. Quelle ode à la joie, à la classe, au football ressuscité. Un long travail. On se rappelle qu'en 2010, quand Arrigo Sacchi devient directeur technique des équipes nationales de jeunes italiennes, il déclare: "J'en ai marre que les Italiens soient contents quand on gagne même en jouant mal. Dorénavant, nos victoires passeront par le beau jeu. Mon exemple, c'est l'Espagne." Onze ans plus tard, le voeu d'Arrigo est exaucé. Avec une génération qui, pour certains, joue ensemble depuis les U15. Y a pas de secret. Tout ça avec le sourire, avec la "grinta" qui magnifie le jeu. Qui demande le ballon pour le faire rayonner de bonheur. Par des joueurs heureux d'être sur la pelouse et de faire le plus beau métier du monde. Avec pour symbole "Pepsodent" le sublime Chiellini. Une bonne tête contre les prises de tête. En un mois, ce type vient de mettre une grosse claque à toutes les mauvaises humeurs des starlettes qui peuplent nos pelouses. On ne va pas citer de noms, mais on pense à celles dont le talent se retrouve sur les talons à la moindre contrariété. Y en avait quelques-unes à cet EURO. Non, non, y avait pas que certains Français. Mais bon, on a quand même eu l'impression que quelques coqs ont vu leur ergot bouffé par leur ego. Leur arme offensive anesthésiée par le chloroforme de leur autosuffisance. Soit. Parlons de l'essentiel. De ce ciel azzuro que la Squadra nous a offert. De ce ciel qui, de jour comme de nuit, offre des feux d'artifice de toutes les couleurs. Celle de l'arc-en-ciel de leur football. Car au-delà de l'équipe nationale, leur message doit être entendu par tous. Finis les diktats des grands clubs, des agents, des directeurs de marketing. Dorénavant grâce au Mister Mancini, plus de mystère. Une équipe n'en devient une que si on laisse l'entraîneur aller au bout de ses idées. Fini d'additionner des noms. Le seul nom qui compte c'est celui du maillot que l'on porté. La famille n'a besoin que de prénoms. Forza la famiglia. Forza Italia.