Fondé en 1886
...

Fondé en 1886 Président : Peter Hill-Wood Stade : Emirates Stadium (60.355 places) Site : www.arsenal.com Transfert le plus cher de tous les temps : José Antonio Reyes (24 millions d'euros, FC Séville, 2004) Palmarès : 1 C2, 1 C3, 13 titres, 10 Coupes d'Angleterre Saison passée en CL : quarts de finale Parcours de qualification : Celtic Glasgow (3-1, 2-0) C'est l'âme de l'équipe nationale russe, il a été celle de Saint-Pétersbourg et est devenu celle de la jeune phalange d'Arsène Wenger en l'espace de quelques mois, depuis son transfert en janvier dernier. Le génial médian offensif est un génie tactique, un innovateur, un travailleur. Il est explosif et endurant, il assume ses responsabilités sans céder à la pression.Vermaelen, le nouveau défenseur axial, est chargé de sortir un peu de la dernière ligne, dirigée par Gallas. Fabregas reste le stratège de l'entrejeu et est soutenu par Song. Des flancs, Rosicky er Walcott doivent monter, même si on peut douter que le Tchèque, très fragile, soit capable de délivrer des élans une saison durant. Edurardo pourrait néanmoins reprendre son rôle. Devant ces deux quatuors, Nasri, Arshavin, Bendtner et vanPersie seront soumis à la rotation. Quand Arsenal dispose d'espaces, il peut développer un magnifique football. Les passes de Sagna et de Clichy sont redoutables. Fabregas, le capitaine de 22 ans, est capable de briser une défense d'une passe, Bendtner est très à l'aise dans les duels aériens et les dribbles de Walcott posent problème aux meilleurs arrières. Arshavin a toute une gamme de trucs et le départ d' Adebayor a amélioré l'ambiance. Par contre, Almunia n'est toujours pas rassurant sur les tirs des flancs et il n'a pas devant lui de défenseur brillant dans les airs. L'équipe est donc fragile sur les phases arrêtées. Arsenal a trop de joueurs légers et pas de spécialiste de la récupération. Arsène Wenger FRA 22/10/1949 Arsène Wenger a imprimé sa marque à Arsenal. Pourtant, pour la première fois en treize ans, le manager est sous pression : depuis la Coupe en 2005, le club n'a plus rien gagné. Il a terminé la dernière saison à 18 unités du champion, Manchester United. Les supporters, qui paient les billets les plus chers du pays, craignent que leur club ne soit rattrapé par City et Tottenham. Wenger répète comme toujours qu'il forme une jeune équipe qui va s'imposer. Ses détracteurs jugent que sa passion pour la formation l'aveugle et que l'équipe manque d'expérience comme de robustesse, en défense comme dans l'entrejeu. Ses joueurs, fins techniciens, se sentent sans doute mieux en Ligue des Champions, où ils peuvent étaler leurs atouts offensifs, que dans la rude Premier League.