Pour ne pas toujours choisir Thierry Henry... Au sein de cette jeune formation, Tomas Rosicky, un Tchèque de 26 ans à peine, va peut-être faire un sort à son étiquette de footballeur surfait qui ne quittera jamais l'ombre de Pavel Nedved, le professionnel accompli. Le petit Mozart, comme on le surnomme affectueusement à Prague, entame une nouvelle page. Il doit en profiter pour faire taire ses détracteurs.
...

Pour ne pas toujours choisir Thierry Henry... Au sein de cette jeune formation, Tomas Rosicky, un Tchèque de 26 ans à peine, va peut-être faire un sort à son étiquette de footballeur surfait qui ne quittera jamais l'ombre de Pavel Nedved, le professionnel accompli. Le petit Mozart, comme on le surnomme affectueusement à Prague, entame une nouvelle page. Il doit en profiter pour faire taire ses détracteurs. Londres a accueilli son arrivée avec le même enthousiasme que quand Henry a annoncé qu'il ne céderait pas aux avances de Barcelone. Les supporters pensaient qu'il apporterait son flair à l'équipe, à l'instar de Robert Pires mais surtout de DennisBergkamp. Comme Arsenal n'aligne pas de véritable avant-centre du style Jan Koller, avec lequel Rosicky a joué des années à Dortmund, il a besoin des ailes. Dortmund semble ravi d'être débarrassé de son plantureux contrat. Rosicky avait rejoint la Ruhr en 2001 pour quelque 30 millions d'euros. C'était le transfert le plus onéreux de la Bundesliga et il devait symboliser les ambitions de Dortmund, avide de détrôner le Bayern de son statut d'icône. De fait, sous l'impulsion du plus jeune Footballeur tchèque de l'Année, le Borussia s'est adjugé le titre, il a également atteint la finale de la Coupe UEFA, perdue face à Feyenoord. Ces succès n'ont cependant pas eu de suite et le contrat de Rosicky, comme celui de quelques autres, a enfoncé le club dans ses dettes. Saison après saison, Rosicky a été mis en vitrine, sans succès, au grand désappointement des fans qui lui reprochaient de se reposer sur ses lauriers et de n'être qu'un légionnaire intéressé par le seul argent. A Arsène Wenger, qui a quelque expérience en la matière pour avoir déjà coaché Robbie Van Persie et auparavant Nicolas Anelka, de changer le Tchèque et de hausser lors de chaque match le rendement de celui qui est devenu le capitaine de son équipe nationale, suite à la retraite de Tomas Galasek. T omas Rosicky a longtemps semblé devoir rester le seul transfert des Gunners, qui ont perdu beaucoup de leur charme offensif avec Bergkamp, Pires et l'Espagnol Reyes. Arsenal, finaliste malheureux de la Ligue des Champions 2005-2006, semble affaibli, surtout après le départ (prévisible) pour Chelsea d' Ashley Cole. Arsène Wenger a acquis William Gallas, un défenseur polyvalent, et le Brésilien JulioBaptista, un joueur... bizarre. Loué pour un an par le Real, Baptista a été formé au médian défensif mais s'est ensuite épanoui en pointe ! En Andalousie, on le surnomme labête de Séville. Le début de championnat d'Arsenal a été médiocre mais peut-être le club, qui offre sa chance aux jeunes, est-il un diesel. En défense, le jeune Suisse de couleur Johan Djourou a repris le travail de son compatriote Philippe Senderos pendant sa blessure. Qui remplacera Cole ? Avant l'arrivée de Gallas, qui préfère jouer dans l'axe, c'était Justin Hoyte, loué à Sunderland la saison passée.