Je sais. Si les statistiques vous arrangent, vous lâchez, inébranlables et fatalistes : les chiffres sont là ! ...Et si elles vous dérangent, vous objecterez : les chiffres, on leur fait dire n'importe quoi ! N'empêche que, rapport au foot, me submergent par moments d'irrésistibles pulsions statisticiennes : faut que je fouine, que je tripote Excel, puis que je décrypte ce qu'alors me murmure mon tableau, mon oeuvre J !

Ainsi me suis-je dit qu'avec ces 1/8es de Ligue des Champions qui débutent en ce moment, bien plus qu'en phase de groupes (auxquels certains accèdent sans avoir dû prester), c'était l'occasion de savoir qui étaient vraiment les caïds contemporains. Voici donc les 33 clubs qui ont atteint les 1/8es depuis 5 ans, ce qui faisait 80 places disponibles. Et ça me dit quoi ?

1. Ils sont 5 à n'avoir jamais raté le coche, et 4 à ne l'avoir raté qu'une fois : soit 41 places squattées par ceux qu'on appellera les abonnés. C'est moins que ce que je m'imaginais et c'est un grand ouf : chaque année, une moitié de ceux qui arrivent en 1/8es n'y étaient pas l'année précédente, cela signifie que la chasse n'est pas si bien gardée, qu'il reste de l'espoir pour les seconds couteaux ...et même pour l'un ou l'autre troisième canif !

2. Convaincu qu'à partir des 1/8es, c'est plutôt la bouteille à encre, je réserve ma pensée émue au PSG et à Man City : certes, ils sont indécemment friqués comme leurs comparses abonnés, mais atteindre chaque fois les 1/8es sans jamais décrocher la timbale, ça doit finir par courir sur le haricot...

3. Le 2e tableau rectifie l'opinion courante selon laquelle l'Europe compterait 5 championnats majeurs. Faux, ils ne sont que 3 : ltalie et France ont perdu le contact, ils sont plus proches du Portugal !

4. La Premier League est la plus fortiche : pas tellement via ses 18 présences, mais parce qu'elle les atteint avec 7 clubs différents.

5. Les Mauves peuvent jalouser le FC Bâle, leader d'une Suisse moins peuplée que notre Belgique. Laquelle peut remercier la performance gantoise de 2016, sans laquelle nous rejoindrions, hors-tableau avec un gros zéro, les Scandinaves et tout ce qui se situe à l'est de l'Allemagne hormis Russie/Ukraine...

6. Lot de consolation noir-jaune-rouge : la suprématie de nos voisins hollandais devient de l'histoire ancienne, seul le PSV équivaut ici Gand. Et contrairement au nôtre, hé hé, leur onze national ne compense pas la médiocrité des clubs : quand Arjen Robben sera retraité, le footballeur batave le plus connu chez nous sera même ... Ruud Vormer ! Soulier d'Or sans surprise, vu que tous les médias ont vendu la mèche bien avant !

2018_02_08_13_16_41_44.xml

Je sais. Si les statistiques vous arrangent, vous lâchez, inébranlables et fatalistes : les chiffres sont là ! ...Et si elles vous dérangent, vous objecterez : les chiffres, on leur fait dire n'importe quoi ! N'empêche que, rapport au foot, me submergent par moments d'irrésistibles pulsions statisticiennes : faut que je fouine, que je tripote Excel, puis que je décrypte ce qu'alors me murmure mon tableau, mon oeuvre J ! Ainsi me suis-je dit qu'avec ces 1/8es de Ligue des Champions qui débutent en ce moment, bien plus qu'en phase de groupes (auxquels certains accèdent sans avoir dû prester), c'était l'occasion de savoir qui étaient vraiment les caïds contemporains. Voici donc les 33 clubs qui ont atteint les 1/8es depuis 5 ans, ce qui faisait 80 places disponibles. Et ça me dit quoi ? 1. Ils sont 5 à n'avoir jamais raté le coche, et 4 à ne l'avoir raté qu'une fois : soit 41 places squattées par ceux qu'on appellera les abonnés. C'est moins que ce que je m'imaginais et c'est un grand ouf : chaque année, une moitié de ceux qui arrivent en 1/8es n'y étaient pas l'année précédente, cela signifie que la chasse n'est pas si bien gardée, qu'il reste de l'espoir pour les seconds couteaux ...et même pour l'un ou l'autre troisième canif ! 2. Convaincu qu'à partir des 1/8es, c'est plutôt la bouteille à encre, je réserve ma pensée émue au PSG et à Man City : certes, ils sont indécemment friqués comme leurs comparses abonnés, mais atteindre chaque fois les 1/8es sans jamais décrocher la timbale, ça doit finir par courir sur le haricot... 3. Le 2e tableau rectifie l'opinion courante selon laquelle l'Europe compterait 5 championnats majeurs. Faux, ils ne sont que 3 : ltalie et France ont perdu le contact, ils sont plus proches du Portugal ! 4. La Premier League est la plus fortiche : pas tellement via ses 18 présences, mais parce qu'elle les atteint avec 7 clubs différents. 5. Les Mauves peuvent jalouser le FC Bâle, leader d'une Suisse moins peuplée que notre Belgique. Laquelle peut remercier la performance gantoise de 2016, sans laquelle nous rejoindrions, hors-tableau avec un gros zéro, les Scandinaves et tout ce qui se situe à l'est de l'Allemagne hormis Russie/Ukraine... 6. Lot de consolation noir-jaune-rouge : la suprématie de nos voisins hollandais devient de l'histoire ancienne, seul le PSV équivaut ici Gand. Et contrairement au nôtre, hé hé, leur onze national ne compense pas la médiocrité des clubs : quand Arjen Robben sera retraité, le footballeur batave le plus connu chez nous sera même ... Ruud Vormer ! Soulier d'Or sans surprise, vu que tous les médias ont vendu la mèche bien avant ! 2018_02_08_13_16_41_44.xml