1 Félicitations pour votre promotion de T2 à T1 au Cercle Bruges. Vu votre caractère bouillant, dans combien de temps un arbitre devra-t-il vous renvoyer dans la tribune ? Une semaine, deux ?

Arnar Vidarsson : Je suis sûr que ça prendra plus de temps ! Je ferais du mauvais boulot si je m'occupais plus de l'arbitre que de mon équipe. J'ai une idée claire de la manière dont je veux me comporter le long de la ligne et j'espère pouvoir m'y tenir. Si ce n'était pas le cas, je devrais effectuer un travail sur moi-même. J'ai été renvoyé durant la dernière minute du match contre le Club Bruges parce que, emporté par mon enthousiasme, j'étais entré trop loin sur le terrain en donnant des instructions à un joueur mais je l'ai accepté. Je n'ai d'ailleurs pas dit un mot de travers sur l'ar...

Arnar Vidarsson : Je suis sûr que ça prendra plus de temps ! Je ferais du mauvais boulot si je m'occupais plus de l'arbitre que de mon équipe. J'ai une idée claire de la manière dont je veux me comporter le long de la ligne et j'espère pouvoir m'y tenir. Si ce n'était pas le cas, je devrais effectuer un travail sur moi-même. J'ai été renvoyé durant la dernière minute du match contre le Club Bruges parce que, emporté par mon enthousiasme, j'étais entré trop loin sur le terrain en donnant des instructions à un joueur mais je l'ai accepté. Je n'ai d'ailleurs pas dit un mot de travers sur l'arbitrage. Contrôler les arbitres ne fait pas partie de mes tâches : je ne travaille pas pour la Commission des arbitres. Pas plus que je n'ai à contrôler ce qui passe dans les journaux et sur les réseaux sociaux. Si c'est faux et bien... tant pis. Je m'occupe des choses que je crois pouvoir transmettre à mes joueurs. L'avenir nous dira comment je suis le long de la touche. Si je saute comme un fou, j'espère que ce ne sera que pour aider ma propre équipe. Oui. Par rapport à la saison dernière, le groupe recèle plus de talent et est plus étoffé. Nous devrions donc vivre une saison tranquille. Si ce n'est pas le cas, la responsabilité en reviendra à l'entraîneur, comme toujours. C'est moi. Je ne répondrai pas aux questions destinées à Lorenzo. Ce serait un manque de respect. Il y a toujours des différences de vision, de pensée et de méthode entre les gens. Un bon adjoint donne son avis à l'avance puis s'incline devant les choix de l'entraîneur principal. Il y a une grande différence entre Lorenzo et moi : j'explique aux garçons ce que je trouve, ce que je ressens et je leur demande de faire la même chose avec moi. Je n'en sais rien. Les buts, les assists et les victoires suivent quand vous donnez le meilleur de vous-même et que vous exécutez vos tâches. Tout ce que je puis dire, c'est que je crois vraiment en eux. Pour le moment, je fais confiance à tous les joueurs. Je dois évidemment veiller à ce qu'ils croient en moi et soient prêts à me suivre. Je ne puis les convaincre qu'en tenant le bon langage et en faisant ce que je dois. Si j'y parviens, nous aurons plus de chances de gagner. Je réalise déjà maintenant que c'est un poste très stressant. Je ne crois pas les entraîneurs qui prétendent ne pas souffrir du stress. Je suppose que le vrai gros stress doit encore venir, le samedi soir, mais je peux dire que depuis quatre mois, je consomme nettement moins de tabac. J'ai pris cette décision pour ma santé et j'espère parvenir à m'y tenir. Arnar Vidarsson (36 ans), le nouvel entraîneur en chef du Cercle, est le plus jeune T1 de l'élite. International islandais à 52 reprises, il s'est successivement produit pout Hafnarfjördur, Lilleström, Lokeren, Twente, De Graafschap et le Cercle Bruges.PAR CHRISTIAN VANDENABEELE" Contrôler les arbitres ne fait pas partie de mes attributions. Je ne travaille pas pour la Commission des arbitres. " Arnar Vidarsson