Avant la trêve hivernale, le Sporting Lokeren doit encore se rendre à Ostende et à Waasland-Beveren, un concurrent direct, mais il reçoit aussi deux candidats aux PO1, Saint-Trond et le Club Bruges. Sur les onze points grappillés en 17 journées, Lokeren en a gagné neuf à domicile et seulement deux à l'extérieur.
...

Avant la trêve hivernale, le Sporting Lokeren doit encore se rendre à Ostende et à Waasland-Beveren, un concurrent direct, mais il reçoit aussi deux candidats aux PO1, Saint-Trond et le Club Bruges. Sur les onze points grappillés en 17 journées, Lokeren en a gagné neuf à domicile et seulement deux à l'extérieur. Depuis que le Norvégien Trond Sollied a pris le relais de Peter Maes fin octobre, Lokeren a pris quatre points sur douze dans ses matches contre Eupen (2-0), Zulte Waregem (2-0), Charleroi (2-4) et Gand (2-2, alors qu'il menait toujours 2-0 à la 87e). Arnar Vidarsson, l'ancien médian islandais, entraîneur-adjoint à Lokeren depuis quatre ans, ajoute à son bilan personnel le match nul 1-1 du 1er novembre contre Anderlecht, alors que Sollied, qui n'avait pas encore pris place sur le banc, avait déjà modifié le style de jeu de l'équipe. " Trond prône un football direct, vers l'avant ", raconte Vidarsson. " De préférence par des combinaisons au sol. Il a mis une structure en place et expose clairement leurs missions aux joueurs. Le nombre d'occasions que nous nous créons est certainement positif, comme le fait que nous parvenons à dominer certains adversaires, ce qui ne nous était plus arrivé depuis la saison 2013-2014, quand nous avions conquis la coupe, avec Peter Maes. Cette équipe-là pouvait faire mal aux autres aussi. Nous sommes plus à l'aise depuis que nous parvenons à faire paniquer les autres. C'est pour ça que je ne nous considère pas comme des candidats à la relégation. Si notre groupe poursuit sur sa lancée, il en sera automatiquement récompensé. Il faut quand même améliorer efficacité de l'attaque comme de la défense. C'est notre principal chantier. Trond insuffle énormément de confiance aux joueurs et les stimule. Dans sa conception du jeu, il faut oser commettre des fautes et essayer de s'appuyer sur ses points forts. "