On n'arrête pas le progrès question escroquerie. C'est certain. Zehun Ye était passé par notre foot et l'avait durement touché. En Bulgarie, on cherche encore le ou les coupables d'une escroquerie encore plus rocambolesque.
...

On n'arrête pas le progrès question escroquerie. C'est certain. Zehun Ye était passé par notre foot et l'avait durement touché. En Bulgarie, on cherche encore le ou les coupables d'une escroquerie encore plus rocambolesque. Le 20 septembre dernier avait lieu le bouillonnant derby entre le Levski Sofia, champion en titre, et le CSKA Sofia, leader de la compétition. Au-delà de la violence qui entoura le sommet, et qui entraîna 34 interpellations par la police et une double sanction pour le Levski (financière de 31.000 euros et sportive avec un match à jouer sur terrain neutre) suite aux chants racistes répétés par ses supporters, ce sont les à côtés qui ont fait les choux gras de la presse bulgare. Et pour cause : les quatre meilleurs éléments des derniers champions n'étaient pas présents sur la feuille de match. Le Macédonien Darko Tasevski le milieu de terrain international Zhivko Milanov, le Marocain Usef Rabeh et le Brésilien Ze Soares avaient mieux à faire. La veille, ils s'étaient envolés, vers Moscou pour y signer ensemble un juteux contrat avec le club cher à Cédric Roussel, le Rubin Kazan. Enfin c'est ce qu'ils pensaient... Quelques jours plus tôt, deux personnes se définissant comme des agents du Rubin Kazan, avaient envoyé un fax à la direction du Levski Sofia, arguant qu'ils étaient intéressés par le quatuor. Le jeudi 17 septembre, le club bulgare en déplacement à Villarreal pour les besoins de l'Europa League, recevait une nouvelle offre, celle-ci plus concrète : 5 millions d'euros en échange des quatre joueurs. Vu l'état des finances de son club, le président du Levski, Todor Batkov, décida d'envoyer ses joueurs à Moscou, accompagnés de son directeur financier, Konstantin Bazhdekov. Arrivés sur place, un représentant (présenté comme tel...) du Rubin Kazan était là pour les accueillir et discuter des modalités de transfert. Le lendemain, jour du derby, Batkov, président du Levski, suspicieux, décida d'appeler le numéro de téléphone se trouvant sur le fax envoyé par les " agents " de Kazan. Au bout du fil, aucun lien avec la direction du club russe. Alexander Gusev, président du Rubin Kazan, a depuis lors appelé son homologue bulgare pour lui expliquer qu'il n'avait jamais été question des quatre joueurs du Levski. Et qu'aucun fax n'avait évidemment été adressé à leur intention... Privé de quatre cadres, le Levski s'est logiquement incliné chez lui (0-2) face au CSKA. Quelques heures avant la rencontre, les cotes pour une victoire des visiteurs sur l'un des plus grands sites asiatiques de paris, SBOBET, avaient chuté spectaculairement (1.96 à 1.67). Et des sommes importantes auraient été misées sur la rencontre... La direction du Levski Sofia a directement informé les autorités bulgares de cette arnaque et a demandé l'aide d'Interpol pour retrouver les coupables. THOMAS BRICMONT