Tout le monde est révolté par le niveau de l'arbitrage depuis le début de Coupe du Monde. Et pour cause : on est en 2006 et les résultats de certains matches sont faussés uniquement par l'arbitrage alors que la vidéo permettrait de solutionner ça. Pourtant, on sait depuis longtemps que ça magouille dur au niveau de la désignation des arbitres lors des rencontres internationales. Les grands clubs européens bénéficient régulièrement et depuis toujours, de décisions arbitrales...

Tout le monde est révolté par le niveau de l'arbitrage depuis le début de Coupe du Monde. Et pour cause : on est en 2006 et les résultats de certains matches sont faussés uniquement par l'arbitrage alors que la vidéo permettrait de solutionner ça. Pourtant, on sait depuis longtemps que ça magouille dur au niveau de la désignation des arbitres lors des rencontres internationales. Les grands clubs européens bénéficient régulièrement et depuis toujours, de décisions arbitrales suspectes. Je ne pense toutefois pas que les arbitres reçoivent des instructions de la part de leur fédération. Mais chaque arbitre a sa propre personnalité. Ainsi, on en voit certains qui ont tendance à avantager l'équipe locale, d'autres qui sifflent chaque contact ou alors sont plus tolérants,... il suffit juste de désigner celui qui présente les qualités requises pour faire pencher la balance du bon côté ! C'est pourquoi la FIFA et l'UEFA refusent que le résultat d'un match puisse être contesté suite à une erreur - même monumentale ! - de l'arbitre et qu'ils se bouchent les oreilles quand on leur parle de l'arbitrage assisté par les images vidéo. Les fédérations mondiale et continentale risqueraient de perdre leur contrôle (relatif mais néanmoins réel) sur déroulement de la compétition. Une telle décision réduirait fortement le nombre d'erreurs arbitrales, puisqu'il serait alors possible de modifier une décision trop hâtive de l'homme en noir, et même en plein match !.. Je trouve que les jérémiades de la FIFA et de l'UEFA pour préserver le côté humain de l'arbitrage rendent ce refus de plus en plus ridicule et anachronique. Les enjeux financiers sont maintenant gigantesques. Il vaut donc mieux jouer pour un grand pays avec un marché attractif, car la FIFA et l'UEFA visent avant tout les droits de retransmission des grandes télés mondiales... Dès lors, je doute fort que la Ligue des Champions puisse un jour être remportée par un club comme l'Etoile Rouge Belgrade. C'est d'ailleurs le même type de dérive capitaliste ultra-libérale, qui pousse tant de clubs à acheter des joueurs en Afrique ou dans les pays de l'Est à un prix dérisoire pour tenter de les revendre le plus rapidement possible au prix fort, plutôt que d'investir dans la formation de jeunes joueurs locaux. Bref, vive le foot, vive l'argent, et tant pis pour l'exemple donné aux jeunes générations... éric Jouve, Woluwé